États-Unis, UE, Royaume-Uni et Canada sanctionnent Loukachenko

La cheffe de l'opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa et la ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès, à Luxembourg. ©EPA

L'UE a adopté des nouvelles sanctions contre le régime de Loukachenko lors d'un Conseil Affaires étrangères à Luxembourg, en présence de la cheffe de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa.

Un mois après le détournement d'un avion Ryanair par la Biélorussie et l'arrestation de l'opposant Raman Pratasevich, l'UE a adopté, ce lundi, un quatrième paquet de sanctions contre le régime du dictateur Alexandre Loukachenko. Les ministres des Affaires étrangères, réunis à Luxembourg, ont imposé des mesures restrictives à l'encontre de 78 personnes et 8 entités biélorusses. Ils ont pris cette décision après s'être entretenus lors d'un petit déjeuner avec la cheffe de l'opposition biélorusse, Svetlana Tikhanovskaïa.

Ces nouvelles sanctions sont prises en réaction à la répression violente menée contre les opposants depuis l'élection présidentielle d'août 2020. Sept personnes et une entité faisant partie de ce paquet de sanctions ont été désignées dans le cadre de l'atterrissage forcé du vol Ryanair.

"Cette unité de l'Union européenne, des États-Unis, du Royaume-Uni et du Canada est vraiment importante est j'en suis très reconnaissante."
Svetlana Tikhanovksaïa
Cheffe de l'opposition biélorusse

Les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada ont également décidé le même jour de prendre des sanctions contre le régime biélorusse. "Cette unité de l'UE, des États-Unis, du Royaume-Uni et du Canada est vraiment importante est j'en suis très reconnaissante", a confié Svetlana Tikhanovskaïa lors d'un entretien. Pour elle, ces sanctions ne risquent pas de pousser davantage Loukachenko vers la Russie. "Loukachenko est déjà très proche de la Russie", a-t-elle dit.

Désormais, les sanctions de l'UE s'imposent à un total de 166 personnes et 15 entités biélorusses. Les personnes désignées sont soumises à un gel des avoirs et il est interdit aux Européens de mettre des fonds à leur disposition. Les personnes physiques sont aussi soumises à une interdiction voyager dans l'UE.

Sanctions économiques ciblées

Les ministres des Affaires étrangères ont aussi donné leur feu vert pour l'adoption de sanctions économiques ciblées qui toucheront au portefeuille Alexandre Loukachenko. Ces sanctions incluent des services financiers et des assurances, un embargo sur des produits pétrochimiques, le potasse et les livraisons de tabac. Ces mesures, rarement prises par l'UE, ont nécessité un accord avec l'Autriche, des avoirs se trouvant dans des banques autrichiennes étant visés.

"Je n'exclus pas que nous préparions un cinquième paquet de sanctions."
Josep Borrell
Chef de la diplomatie européenne

"Nous avons dit à Mme Tikhanovskaïa que nous étions engagé envers une Biélorussie libre et démocratique, avec un plan d'aide économique de 3 milliards d'euros et ces nouvelles sanctions", a déclaré Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne. "Je n'exclus pas que nous préparions un cinquième paquet de sanctions."

3
milliards d'euros
L'Union européenne est prête à libérer un plan d'aide de 3 milliards d'euros à la Biélorussie une que le pays aura entamé une transition démocratique.

Svetlana Tikhanovskaïa salué cette décision. "Je n'ai pas encore vu la liste de sanctions économiques, mais c'est une bonne chose. Les gens sont prêts à perdre un peu au bénéfice de quelque chose de plus important."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés