Colis piégé à Lyon: trois suspects interpellés

©EPA

Un homme suspecté d'être l'auteur de l'attentat au colis piégé de vendredi à Lyon a été arrêté ce lundi. La mère du suspect et un autre membre de sa famille ont également été privés de liberté.

Un étudiant en informatique de 24 ans soupçonné d'avoir commis l'attentat qui a fait 13 blessés vendredi à Lyon a été arrêté ce lundi et deux membres de son entourage familial interpellés dans la foulée, ont annoncé le ministre de l'Intérieur, le parquet de Paris, le maire de Lyon et des sources proches de l'enquête. Tous trois ont été placés en garde à vue.

L'étudiant de 24 ans, soupçonné d'avoir déposé le colis piégé devant une boulangerie et qui a été filmé par des caméras de vidéo-surveillance poussant un vélo, a été interpellé dans la matinée à sa descente d'autobus dans le septième arrondissement de Lyon, à l'issue d'une filature par la police judiciaire. 

Selon le maire de Lyon, l'ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb interrogé par BFMTV, c'est un étudiant en informatique, ce qui expliquerait selon lui la relative complexité du système de mise à feu de l'engin explosif.

On précise de source policière qu'il est de nationalité algérienne et inconnu des services de police. Le deuxième homme arrêté serait un mineur scolarisé au Lycée Ampère de Lyon, également de nationalité algérienne, ajoute-t-on de même source. Il s'agit d'un membre de l'entourage familial du premier suspect. La mère du suspect a aussi été placé en garde à vue. Sa soeur est, quant à elle, interrogée par la police mais dans le cadre d'une audition libre. 

Une charge trop faible pour tuer

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert "une enquête de flagrance des chefs de tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et d'association de malfaiteurs terroriste criminelle". Toutefois, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a souligné vendredi soir qu'il était "trop tôt" pour évoquer "un acte terroriste."

L'homme qui était recherché depuis vendredi est suspecté d'avoir déposé un sac ou colis explosif contenant des vis, clous ou boulons devant une boulangerie d'une artère piétonne commerçante dans le coeur de Lyon.

Le maire du 2e arrondissement Denis Broliquier a révélé dans la presse locale que "la charge était trop faible pour tuer". Une source administrative a confirmé à l'AFP que le colis contenait une "charge explosive relativement faible" et avait été "déclenché à distance". Dans une première réaction vendredi, Emmanuel Macron avait évoqué "une attaque", mais le chef de l'Etat s'est ensuite montré plus prudent, déplorant "la violence qui s'est abattue" sur les Lyonnais.

De l'ADN retrouvé sur le colis 

L'ADN retrouvé après l'explosion sur le sac contenant le colis piégé a été isolé, mais il n'a pas été identifié. Rien n'indique jusqu'ici qu'il s'agisse de celui du suspect filmé en train de déposer ce sac devant une boulangerie dans une rue commerçante de Lyon. 

Selon ces mêmes sources, il y a de fortes suspicions pour que l'explosif soit du TATP, en faible quantité. Le TATP (tripéroxyde de triacétone) est un explosif artisanal très instable. Il a été utilisé dans les attentats djihadistes commis à Paris le 13 novembre 2015 et à Bruxelles en mars 2016.

"Tous les moyens sont actuellement mis en oeuvre pour parvenir rapidement à l'identification et à l'interpellation de l'auteur des faits"
Rémy Heitz
Procureur de la République de Paris

Chasse à l'homme

Une vaste chasse à l'homme s'est poursuivie tout le weekend en France pour retrouver l'auteur présumé de l'attaque. "Plusieurs dizaines" de témoignages ont été reçus en réponse à un appel à témoins, a-t-il été précisé par le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, en charge de l'enquête. L'enquête mobilise "90 enquêteurs et 30 techniciens de la police technique et scientifique", assistés par "une vingtaine d'enquêteurs des brigades de recherche et d'intervention locales."

La photographie du suspect, capté par une caméra de vidéosurveillance municipale, montrait un homme "porteur d'un haut sombre à manches longues" et "d'un bermuda clair", poussant un vélo noir.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect