France: la réforme des retraites adoptée, quelques perturbations persistent

Le président français Nicolas Sarkozy

L'adoption par l'Assemblée nationale du texte sur la réforme des retraites clôture le marathon parlementaire pour la loi la plus contestée du mandat du président Sarkozy.

Le parlement français a définitivement adopté la réforme très contestée des retraites après le vote final du texte par l'Assemblée nationale mercredi. La veille, le Sénat avait confirmé son vote positif de la réforme qui recule de 60 à 62 ans l'âge minimal de départ à la retraite. Et cela, en dépit d'un vaste mouvement de protestation.

Cette approbation a été obtenue par 336 voix contre 233 à l'Assemblée nationale.

Les deux chambres du parlement français avaient déjà approuvé une première fois cette réforme phare du président Nicolas Sarkozy. Ce deuxième vote ouvre la voie à la promulgation de la loi, prévue à la mi-novembre. La promulgation du texte par le président français permettra de la mettre en oeuvre.

Cette réforme est très vivement contestée depuis des mois par l'opposition et les syndicats qui ont organisé plusieurs journées de grèves et de manifestations depuis le printemps. Les contestataires ont décidé de se mobiliser une nouvelle fois durant la journée de jeudi. Ce qui aura pour conséquence de nouvelles perturbations sur les réseaux aérien et ferroviaire français.

Ainsi, à Orly, 50% des vols ont été annulés. De son côté, la SNCF avait déjà estimé qu'environ six liaisons TER et Transilien sur 10 et huit TGV sur 10 circuleraient jeudi. Concernant les lignes internationales, le trafic est normal vers la Grande-Bretagne, la Belgique et l'Allemagne. Toutefois, certains trains vers la Suisse et l'Italie sont annulés. La circulation des trains de nuit est également perturbée. Un retour à la normale devrait intervenir vendredi.

Ces deux dernières semaines, des grèves reconductibles dans le secteur de l'énergie ont notamment provoqué des pénuries de carburant et le pays a frôlé la paralysie. Mais le mouvement donnait cette semaine de nets signes d'essoufflement.

Le président français Nicolas Sarkozy espère désormais pouvoir tourner une longue et douloureuse page sociale, pour entrer dans une nouvelle phase politique, marquée en particulier par un remaniement gouvernemental.




Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés