François De Rugy remplace Nicolas Hulot

©AFP

François de Rugy remplace Nicolas Hulot, comme ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire dans le gouvernement Macron. Roxana Maracineanu devient ministre des Sports à la place de Laura Flessel.

Emmanuel Macron a procédé à un remaniement a minima du gouvernement d'Edouard Philippe avec lequel il espère tourner la page des adversités.

Edouard Philippe était en quête d'un nouveau ministre en charge de la transition écologique et solidaire après le départ de Nicolas Hulot. Son remplaçant sera François de Rugy, l'actuel président de l'Assemblée nationale. Ex-EELV, François de Rugy est désormais encarté LREM et se définit comme écologiste. L'homme avait pourtant annoncé la semaine dernière dans la foulée de l'annonce de départ de Nicolas Hulot, "n'être candidat à rien".

Richard Ferrand, qui avait démissionné en juin dernier de son poste de ministre de la Cohésion des territoires pour prendre la présidence de LREM à l'Assemblée nationale, est pressenti succéder à de Rugy.

A la surprise générale, Laura Flessel, ministre des Sports a aussi annoncé ce mardi son départ. Elle sera remplacée par Roxana Maracineanu, une ancienne championne de natation.

©BELGAIMAGE


Qui est Roxana Maracineanu?

Se définissant "entièrement roumaine et entièrement française", Roxana Maracineanu est désormais la nouvelle ministre française des Sports.

À 43 ans, elle remplace une autre "retraitée" qui a porté haut les couleurs du sport français, la championne olympique d'escrime Laura Flessel, partie "pour des raisons personnelles".

En la choisissant, Emmanuel Macron et Edouard Philippe misent sur une athlète qui s'est déjà frottée à la vie politique, sous la bannière socialiste. En 2010, elle était en effet candidate aux élections régionales.

Née à Bucarest en 1975, Roxana Maracineanu a commencé par la gymnastique avant d'opter pour les bassins. "À l'époque, en Roumanie, le sport était poussé à l'extrême parce que c'était l'unique moyen de promotion sociale donc de survie."

Elle a neuf ans et ne parle pas français lorsque sa famille quitte la Roumanie de Nicolae Ceausescu pour l'Algérie, à la faveur d'un contrat de coopérant obtenu par le père, puis la France, où elle demande l'asile politique.

Sous les couleurs de son nouveau pays, elle décroche un titre de championne du monde sur 200 mètres dos. Elle sera ensuite championne d'Europe (1999) et médaillée d'argent aux Jeux olympiques de Sydney (2000).

Une fois la relève assurée, Roxana Maracineanu prend sa retraite sportive en 2004 et se reconvertit en commentatrice, notamment sur France Télévisions.

 

Flessel, l'ex-escrimeuse affirme quitter l'équipe de Macron "pour des raisons personnelles". La double championne olympique "n'était pas à l'aise dans cette vie politique qui lui pesait".

Le départ de l'ex-spécialiste de l'épée, 46 ans, intervient au moment où le mouvement sportif français s'inquiète pour ses moyens, un an après l'attribution des JO-2024 à Paris.

Laura Flessel annonce aussi sa décision de "poursuivre son action par d'autres voies" pour "retrouver des engagements passés, justement tournés vers l'humain, la solidarité et la coopération internationale". Elle avait fait son entrée au gouvernement le 17 mars 2017

Après 16 mois passionnants à la tête du ministère des Sports, j'ai pris la décision de quitter le gouvernement pour des raisons personnelles.
Laura Flessel
Ex-ministre des Sports


Fragilisée ces dernières semaines par l'ouverture d'une enquête sur la maison d'édition Actes Sud qu'elle a cofondée, la ministre de la Culture Françoise Nyssen conserve finalement son maroquin malgré la rumeur persistante la donnant sur le départ.

Par ailleurs, les oppositions voient dans cette succession d'ennuis la fin du "mirage Macron": la cote de popularité du président chute de dix points selon un sondage Ifop, avec seulement 31% des Français approuvant son action - moins que pour François Hollande (32%) au même stade.

La valse des portefeuilles coïncide avec la décision attendue ce mardi soir sur le lancement ou non du prélèvement de l'impôt à la source au 1er janvier, l'autre dossier qui complique la rentrée de l'exécutif.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content