Gilets jaunes moins visibles en France

©AFP

Le mouvement des "gilets jaunes" est en perte de vitesse en France. Lors de la seizième journée d'action de ces protestataires, le nombre de manifestants a été divisé par deux par rapport à la semaine précédente.

Le mouvement des "gilets jaunes" semble s'essouffler. Ce samedi, quelques milliers de personnes ont participé, dans toute la France, à la seizième journée d'action de ces protestataires, un niveau de mobilisation nettement plus faible que les semaines précédentes. A 14h, le nombre de manifestants était de 5.600 dont 1.320 à Paris selon le ministère de l'Intérieur, des chiffres divisés par deux par rapport à la semaine dernière à la même heure (11.600 et 4.000 respectivement).

Samedi dernier, 46.000 personnes avaient défilé au final contre 41.000 la semaine précédente, selon le même ministère.

A Paris, un cortège, qui avait été déclaré aux autorités, a quitté le quartier des Champs-Elysées à la mi-journée en direction de la place Denfert-Rochereau, dans le sud de la capitale. "Ric, pouvoir au peuple", "La France est pillée par l'oligarchie. Résistance", pouvait-on notamment lire sur des banderoles brandies par des manifestants. Des rassemblements ont aussi eu lieu à Lyon, Nantes, Toulouse, Bordeaux, Lille et de nombreuses autres villes.

Chaque brute qui a déclenché la violence sera trouvée, interpellée, punie.
Christophe Castaner
Ministre français de l'Intérieur

Depuis le 17 novembre, ces manifestations hebdomadaires déroulées sur le thème du pouvoir d'achat, de la justice sociale et de la démocratie participative ont été émaillées de violences, auxquelles le gouvernement a répondu par un discours de fermeté. "Chaque blessé est un blessé de trop. Alors chaque fauteur de trouble, chaque brute qui a déclenché la violence sera trouvée, interpellée, punie", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, vendredi lors d'une visite à Limoges (Haute-Vienne).

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés