Grillo et Bersani pourraient menacer l'empire Berlusconi

Pier Luigi Bersani. EPA ©EPA

En s'alliant, Grillo et Bersani pourraient menacer Mediaset. Ils pourraient réorganiser le secteur des télécoms et ouvrir les médias à une véritable concurrence.

Une alliance entre Beppe Grillo et le centre gauche de Pier Luigi Bersani pourrait ouvrir la voie à l'adoption d'une législation sévère contre les conflits d'intérêts en Italie et contraindre Silvio Berlusconi à choisir entre la politique et la préservation de son vaste empire médiatique.

• Né avec l'essor de la télévision commerciale dans les années 1980, le groupe Mediaset est devenu l'un des plus grands diffuseurs d'Europe en s'appuyant sur un environnement tolérant en matière de monopoles et d'une réglementation favorable.

Pier Luigi Bersani, dont la coalition de centre gauche a remporté la majorité à la Chambre des députés, mais pas au Sénat, à l'issue des élections générales des 24 et 25 février, a promis une loi pour lutter contre le conflit d'intérêts.

Rien n'indique encore que Bersani sera en mesure de former un gouvernement et de convaincre par exemple Beppe Grillo, le chef de file du Mouvement 5 Etoiles, de le soutenir au coup par coup ou par un vote de confiance.

A savoir

Le Parti démocrate a approuvé mercredi le projet de gouvernement minoritaire présenté par son chef de file Pier Luigi Bersani, qui s'est efforcé de calmer les critiques après le résultat décevant du centre gauche aux élections législatives italiennes. Il n'y a eu aucun vote contre et qu'une seule abstention lors du vote de la direction du parti réunie à Rome.

Le refus de Bersani d'un accord avec Silvio Berlusconi ne lui laisse d'autre choix que de se tourner vers Beppe Grillo, dont le Mouvement 5 Etoiles (M5S) a bouleversé l'échiquier politique italien en recueillant 25% des voix.


Mais le comique italien, dont la campagne électorale a boudé les plateaux de télévision en privilégiant Internet et les réunions publiques, s'est engagé à débarrasser l'Italie des monopoles. Il a d'ailleurs cité les médias comme un secteur devant s'ouvrir à la concurrence.

Pier Luigi Bersani, qui a rejeté une grande coalition proposée par Berlusconi en estimant que le chef du centre droit n'avait "aucune idée de la responsabilité au-delà de ses propres intérêts", a également parlé d'une réorganisation en profondeur du secteur des télécommunications.

"Si le centre gauche et le Mouvement 5 Etoiles se rejoignent dans une alliance, Mediaset serait certainement une victime potentielle", prédit l'analyste de marchés Claudio Aspesi.

L'action Mediaset en chute

Depuis les élections, l'action Mediaset a perdu 11% de sa valeur, quand l'indice phare de la Bourse de Milan ne cédait que 2%. Le groupe affiche une capitalisation boursière de 1,8 milliard d'euros environ.

Mediaset absorbe plus de 60% des dépenses publicitaires à la télévision italienne. Le fait que cet empire appartienne à Silvio Berlusconi est depuis longtemps considéré comme une anomalie qui expliquerait en grande partie, selon les détracteurs du "Cavaliere", sa domination sur la scène politique italienne pendant près de vingt ans.

Selon une étude publiée en février par trois professeurs d'université européens sur les élections législatives de 1994, celles qui voient l'homme d'affaires se hisser pour la première fois à la tête du gouvernement, un lien peut être établi entre le soutien au parti berlusconien et le degré d'implantation de Mediaset dans une région donnée.

D'éventuels problèmes politiques pourraient s'ajouter aux difficultés économiques que connaît déjà Mediaset, qui a affiché l'an dernier la première perte nette de son histoire et devrait encore finir dans le rouge en 2013, en raison de la récession en Italie qui pèse sur ses recettes publicitaires.

Mediaset souffre aussi de la concurrence de Sky Italia, la filiale de télévision payante du groupe News Corp et de grands acteurs d'internet comme Google.

A 76 ans, Silvio Berlusconi contrôle un vaste empire financier comprenant le club de football du Milan AC, le premier éditeur italien Mondadori et le diffuseur espagnol Mediaset Espana.

Son fils aîné et vice-président de Mediaset Pier Silvio, âgé de 43 ans, siège également au conseil d'administration de la plus puissante banque d'investissement du pays, Mediobanca . 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés