Grippe saisonnière et Covid-19, double menace sur l'Europe

Le vice-président de la Commission européenne Margaritis Schinas appelle les pays européens à intensifier les vaccinations contre la grippe saisonnière. ©AFP

La Commission européenne a adopté des mesures contre une deuxième vague de Covid-19. Elle craint un "effet cocktail" entre le coronavirus et la grippe saisonnière.

Traçage du virus, "stress tests", meilleure coordination entre États, protection des plus fragiles... La Commission européenne a adopté ce mercredi une série de mesures à court terme visant à préparer l'Europe contre une nouvelle vague de Covid-19. Cette deuxième vague pourrait être aggravée par la coexistence du coronavirus avec la grippe saisonnière.

"Le virus est toujours parmi nous, il s'étend dans le monde", a averti Margaritis Schinas, le vice-président de la Commission européenne. "Dans l'Union européenne, il y a encore des foyers bien ciblés où le virus est actif. Nous faisons tout ce qui est possible pour le maintenir sous contrôle."

Un "effet cocktail"

La Commission européenne craint en particulier un "effet cocktail" du Covid-19 avec la grippe saisonnière, qui mobiliserait les infrastructures sanitaires. "Nous devons réduire les risques liés à la coexistence du Covid-19 et de la grippe saisonnière en automne, c'est la première fois que ces deux maladies vont coexister", dit Margaritis Schinas.

"Les États membres doivent prévoit des achats massifs accrus de vaccins contre la grippe saisonnière."
Margaritis Schinas
Vice-président de la Commission européenne

La Commission recommande d'activer dès cet été la préparation de mesures contre la grippe. "Les États membres doivent prévoir des achats massifs accrus de vaccins contre la grippe saisonnière", insiste-t-il.

L'UE veut éviter que se reproduise une surcharge des hôpitaux, comme ce fut le cas en mars et avril.

La Commission invite également les gouvernements européens à combattre "l'hésitation à la vaccination", pointant une résistance croissante aux campagnes de vaccination lors de la pandémie, un phénomène qui a provoqué le retour en force de certaines maladies.

"Stress tests"

Au début de la pandémie de coronavirus, les États européens ont affiché un manque de coordination et de solidarité, certains pays refusant de livrer des équipements médicaux aux plus touchés. L'exécutif européen ne veut plus assister à cette débâcle et demande aux gouvernements européens d'accroître les échanges d'informations sur l'évolution de l'épidémie, leur état de préparation et les mesures prises pour lutter contre le Covid-19.

"Les tests de résistance doivent porter sur tous les aspects, les contrôles, la surveillance, les stockes d'équipements et de médicaments."
Stella Kyriakides
Commissaire européenne en charge de la Santé

La Commission propose d'organiser des "stress tests" entre les États européens afin d'évaluer l'état de leur préparation. Ces tests auront lieu entre juillet et septembre. "Les tests de résistance doivent porter sur tous les aspects, les contrôles, la surveillance, les stocks d'équipements et de médicaments", explique Stella Kyriakides, la commissaire européenne en charge de la Santé.

Applications de traçage

Une dizaine d'États européens ont déployé des applications d'avertissement et de traçage des contacts avec les personnes infectées par le virus. Onze autres pays sont occupés à adopter des mesures semblables. Pour assurer le fonctionnement de ces applications au-delà des frontières nationales, la Commission européenne a décidé de soutenir leur interopérabilité.

La Commission propose aussi aux Etats de tester davantage leur population afin de mieux cibler les foyers d'infection.

Soutien aux groupes vulnérables

Les mesures visent également à encourager les aides aux groupes vulnérables, comme les personnes âgées. Au début de la pandémie, un grand nombre de personnes âgées ont été abandonnées à leur sort dans les résidences par crainte de surcharger les hôpitaux.

La Commission recommande de soutenir davantage ces personnes, de même que celles ayant déjà des soucis de santé ou vivant en marge de la société, grâce à l'échange de bonnes pratiques en matière de dépistage, de soins et de traitements, y compris à travers l'aide en matière de santé mentale et le soutien psychosocial.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés