Italie: Bersani chargé de former un gouvernement

(© Vincenzo Pinto) ©AFP

Le président de la République italienne, Giorgio Napolitano, a chargé vendredi le chef de la gauche, Pier Luigi Bersani, de tenter de former le nouveau gouvernement.

Le président de la République italienne Giorgio Napolitano a confié la lourde tâche de former un gouvernement au leader de la gauche Pier Luigi Bersani.

"J'ai donné à M. Bersani la tâche de vérifier l'existence d'un soutien parlementaire sûr à un gouvernement", a déclaré devant la presse M. Napolitano, alors qu'aucune majorité claire n'est sortie des urnes lors des législatives de fin février. M. Napolitano a précisé qu'il attendait de la part de M. Bersani une réponse "dès que possible".

Giorgio Napolitano a insisté sur la volonté des Italiens de "changement décisif", ajoutant: "On ne peut pas ignorer la force du malaise social ni l'insatisfaction vis-à-vis du système des partis", a-t-il dit, faisant nommément allusion au score important réalisé par le Mouvement 5 étoiles (M5S) de l'ex-comique Beppe Grillo.

Luigi Bersani a promis  de mettre en oeuvre "le changement nécessaire attendu par les Italiens", ainsi qu'un "parcours de réformes constitutionnelles et électorales".

 

 

Un mandat ou une tâche?

Bersani n'a pas reçu un "mandat" mais s'est vu confié une "tâche", ce qui est différent, de tenter de former un gouvernement, signe de la méfiance du président sur la capacité du chef de la gauche de trouver les élus nécessaires pour assurer un vote de confiance à son gouvernement, analysait vendredi la presse italienne.

Napolitano doit résoudre la quadrature du cercle car la coalition de gauche de Bersani peine à trouver des alliés au Sénat. Le chef de la gauche s'échine en vain depuis des semaines à obtenir à la chambre haute le soutien du Mouvement 5 Étoiles (M5S), qui a cristallisé le vote contestataire et est arrivé en troisième position derrière la droite berlusconienne.

La coalition de gauche de M. Bersani dispose de la majorité absolue à la Chambre des députés mais elle n'a que la majorité relative au Sénat.Or, pour pouvoir gouverner, le Président du conseil italien doit avoir la confiance des deux chambres, qui ont le même poids dans la vie politique. 

Le "non" de Grillo

Le leader du M5S, l'ex-humoriste Beppe Grillo, a claqué la porte au nez de Bersani à plusieurs reprises, la dernière fois jeudi lors de sa rencontre avec Napolitano auquel il a confirmé que le M5S ne voterait pas la confiance à un gouvernement Bersani. L'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi, dont la formation de droite est arrivée deuxième aux élections, propose quotidiennement "une grande coalition dans l'intérêt du pays" avec Bersani, mais ce dernier rejette avec la même régularité, toute idée d'accord avec la droite.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n