interview

Jean-Pierre Bourguignon, président de l'ERC: "Chaque année, 350 à 450 chercheurs brillants ne peuvent être financés"

"Depuis lundi, je suis de retour à la tête de l’ERC (le Conseil européen de la recherche), cette agence de financement de la recherche fondamentale", explique le professeur Jean-Pierre Bourguignon. Il fallait en effet un homme fort pour guider la barque de l'ERC par ce temps de tempête pour la recherche européenne. ©ABACA

L’Europe taille dans le budget de la recherche mais le Français Jean-Pierre Bourguignon a été appelé à la rescousse du Conseil européen de la recherche.

Le Pr Jean-Pierre Bourguignon, mathématicien français qui a présidé pendant six ans aux destinées du Conseil européen de la recherche (ERC), jusqu’en décembre dernier, est de retour en Belgique. Il a été appelé à la rescousse. "Depuis lundi, je suis effectivement de retour à la tête de l’ERC, à la demande de la commissaire à la Recherche Marya Gabriel", explique-t-il. "Début mai, le Conseil scientifique de l’ERC avait demandé à la Commission mon retour temporaire à la présidence de cette agence de financement de la recherche fondamentale."

81
milliard d'euros
Ce devrait être le montant européen finalement alloué à la recherche pour 2021-2027, alors que 94 milliards avaient été prévus voici deux ans.

Au cours du premier semestre 2020, le mandat du successeur du Pr Bourguignon à la présidence de l’ERC, l’Italo-Américain Mauro Ferrari, avait en effet tourné court. Or, en cette période de discussions intenses sur le budget pluriannuel de l’Union européenne, il fallait un homme fort pour guider la barque de l’ERC. Le mathématicien français a donc répondu présent. Mais pour combien de temps? Et surtout pour faire quoi? "La durée théorique de cet intérim court jusqu’à la fin de l’année", dit-il.

"L’objectif est d’avoir le prochain programme-cadre pour la recherche (2021-2027) "Horizon Europe" sur les rails au 1er janvier 2021. Et le budget de l’ERC est-il suffisamment assuré? "Ma première priorité est en effet de sécuriser le budget de l’ERC, qui relève du programme-cadre de recherche "Horizon Europe". C’est dans cette partie du budget européen que les baisses décidées la semaine dernière lors du Conseil européen par les leaders nationaux ont été les plus marquées. Il faut que le programme-cadre pour la recherche reste ambitieux et réponde aux ambitions politiques affichées. Personne n’avait imaginé une baisse du budget global "recherche" de cette ampleur (ndlr: il passerait de 94 milliards d’euros (proposition de la Commission en 2018) à 81 milliards d’euros pour la période 2021-2027). Ce qui aurait un impact direct sur le financement de l’ERC, qui dans le précédent programme a pu compter sur un financement global de 13 milliards d’euros."

En cette période de discussions intenses sur le budget pluriannuel de l’Union européenne, il fallait un homme fort pour guider la barque de l’ERC.

Avec le nouveau programme Horizon Europe, on parlait encore voici quelques semaines d’un budget de 16,6 milliards pour l’ERC. "Cela reste pour moi un objectif. Nous voyons très bien comment utiliser cette somme de la manière la plus utile possible", dit Jean-Pierre Bourguignon. Si le budget global de la recherche européenne fond, celui de l’ERC devrait suivre. Ce qui, à ses yeux, est inimaginable. 

"Si on regarde les propositions budgétaires initiales pour la période 2021-2027, le rapport de Pascal Lamy proposait de consacrer un budget plancher de 120 milliards d’euros pour le futur programme de recherche Horizon Europe", détaille-t-il. "Chaque année, l’ERC finance un millier de programmes de recherche d’excellence. Mais chaque année, 350 à 450 chercheurs brillants avec des idées jugées aussi excellentes ne peuvent pas être financés faute de moyens à l’ERC. Si nous disposons de plus de moyens, nous savons que nous pourrons, sans baisse de qualité, financer plus de recherches en Europe. Pour nous, financer davantage la recherche est une véritable option, sans risques pour l’Europe. Nous risquons sinon de perdre ces talents !"

"Chaque année, 350 à 450 chercheurs brillants avec des idées jugées aussi excellentes ne peuvent pas être financés faute de moyens à l’ERC."
Jean-Pierre Bourguignon
Nouveau (et ancien) patron de l'ERC (Conseil européen de la recherche)

Mieux (ou moins bien) financer la recherche fondamentale aura bien entendu un jour un impact sur l’économie européenne. C’est cette recherche qui nourrit ensuite le développement de nouveaux biens et services. Un budget porté à 16,6 milliards au lieu de 13 milliards est-il suffisamment ambitieux?

"Certainement", estime le Pr Bourguignon. Le scientifique va avoir un été et un début d’automne chargés. Les délais pour négocier et sensibiliser les acteurs politiques à l’importance de ces budgets recherche sont très serrés. Les dernières discussions budgétaires à trois, le trilogue, entre la Commission, le Parlement, et le Conseil, sont programmées les 6 et 15 octobre prochains. Tous les textes relatifs au programme Horizon Europe doivent être disponibles à ce moment-là. "Cela nous laisse très peu de temps", concède Jean-Pierre Bourguignon. Depuis lundi, son téléphone chauffe, et ce n’est pas à cause de la canicule.

C’est la recherche qui nourrit ensuite le développement de nouveaux biens et services.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés