analyse

Jour J pour l'Italie. Salvini va-t-il réussir son coup?

Le 8 août, Matteo Salvini a fait voler en éclats l'alliance entre son parti et le Mouvement Cinq Etoiles de Luigi Di Maio. Se disant lassé des disputes avec son allié, il a décrété qu'il n'y avait plus de majorité et réclamé des élections dès l'automne. ©REUTERS

Selon toute probabilité, le Premier ministre Giuseppe Conte démissionnera ce mardi, officialisant une tonitruante rupture entre la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 Etoiles, après seulement 14 mois de cohabitation. Et ensuite? Nouveau gouvernement, réconciliation, élections rapides?

Le gouvernement populiste italien est au pied du mur. Après le récent torpillage de la coalition au pouvoir par Matteo Salvini, chef de La Ligue (extrême droite) et ministre de l'Intérieur, tous les scénarios sont possibles.

Selon toute probabilité, le Premier ministre démissionnera ce mardi, officialisant une tonitruante rupture entre la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 Etoiles, après seulement 14 mois de cohabitation. A 15h, Giuseppe Conte s'exprimera devant les sénateurs. Salvini, en tant qu'élu de la chambre haute, devrait aussi prendre la parole.

Conte a ensuite diverses options: attendre le vote éventuel d'une motion de censure contre son gouvernement, soit démissionner directement et monter au palais présidentiel du Quirinal. La balle passera alors dans le camp du président Sergio Mattarella qui mènera des consultations pendant plusieurs jours pour explorer la possibilité d'une nouvelle majorité gouvernementale et choisir une personnalité pour la mener.

Aujourd'hui est un jour très important. C'est le jour où la Ligue devra répondre de ses fautes parce qu'elle a décidé de tout réduire à néant et de déclencher une crise gouvernementale à la mi-août, uniquement motivée par les résultats des sondages.
Luigi Di Maio
Leader du Mouvement Cinq Etoiles

 

Quel nouveau gouvernement? 

 

Une première proposition d'alliance est venue, à la surprise générale, de l'ancien chef de gouvernement Matteo Renzi, bête noire tout autant de Salvini que du M5S. Renzi a proposé une réconciliation et lancé l'idée d'un gouvernement "institutionnel", alliant sa formation, le Parti démocrate (PD, centre gauche) et le M5S. Au programme, l'élaboration du budget 2020 de façon à éviter une hausse de la TVA qui interviendra automatiquement en janvier 2020, si rien n'est fait pour combler un trou de 23 milliards d'euros dans les caisses publiques.

Une autre piste a été suggérée par l'ex-Premier ministre et président de la Commission européenne Romano Prodi, qui propose un gouvernement pro-européen baptisé "Ursula", du nom de la nouvelle présidente de la Commission, l'Allemande Ursula von der Leyen. Dans son esprit, il s'agirait d'une alliance gauche-droite pouvant inclure Forza Italia de Silvio Berlusconi, à la manière des coalitions allemandes, pour que l'Italie redevienne "un membre actif de l'Union européenne".

Des élections?

Le président Sergio Mattarella est chargé de vérifier la viabilité d'une nouvelle coalition gouvernementale qui lui sera présentée. S'il juge qu'aucune majorité solide n'existe pour gouverner, il pourrait décider de convoquer rapidement de nouvelles élections législatives. Ce qui reviendrait à concrétiser l'objectif initial de Matteo Salvini lorsqu'il a fait voler en éclats le 8 août sa coalition formée avec M5S.

Selon l'institut Youtrend qui a sondé des politologues, un gouvernement M5S-PD recueille 36% de probabilités, des élections immédiates 22%, une coalition "Ursula" 12% et le même pronostic pour un gouvernement avec pour seuls objectifs de voter le budget et préparer de nouvelles élections au printemps 2020.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect