KPN à l'origine d'un blackout téléphonique inexpliqué aux Pays-Bas

©REUTERS

Une gigantesque panne du réseau téléphonique néerlandais a empêché de joindre les pompiers et la police. Un black-out de quasiment quatre heures encore inexpliqué.

Au lendemain d'une gigantesque panne du réseau téléphonique aux Pays-Bas, KPN , le numéro un des télécoms outre-Moerdijk, n'avait toujours pas d'explication à fournir sur les raisons de cet incident. L'affaire fait grand bruit sachant que cette panne a notamment rendu impossible de joindre par téléphone les pompiers et la police.

Survenu lundi soir, ce black-out a d'abord affecté le réseau du groupe national de télécommunications KPN avant de s'étendre aux réseaux de fournisseurs liés à KPN à travers le pays. Aussi bien les réseaux de téléphonie que mobile ont été affectés par ce dérangement. Une panne de même ampleur au sein de KPN avait déjà bloqué le royaume en 2012. 

Services d'urgence injoignables

L'incident est intervenu alors que les services d'urgence étaient mobilisés en raison d'une vague de chaleur qui touche les Pays-Bas, comme plusieurs pays européens. Pour parer au pire, la police, les pompiers et les ambulanciers sont descendus dans la rue pour pouvoir être visibles et contactés si nécessaire.

De son côté, le gouvernement a mis en place des numéros téléphoniques de remplacement sur  les réseaux sociaux puisque le numéro d'urgence 112 aboutissait dans le vide. Mais là encore, des cafouillages ont eu lieu puisque certains numéros diffusés sur WhatsApp étaient ceux du quotidien De Telegraaf.

Réseau 4G

L'enquête qui se poursuit aujourd'hui, n'a toujours pas révélé l'origine de la panne. KPN a seulement précisé que l'incident provenait de son réseau 4G. Reste que la direction de KPN a été convoquée illico dans le bureau du ministre de la Justice et de la Sécurité. Elle va devoir s'expliquer sur la panne et assurer que cela "ne se reproduise plus." L'objectif est notamment de mettre en place des solutions alternatives (back-up) pour que les services d'urgence puissent être joints coûte que coûte. L'agence nationale pour la sécurité et le contre-terrorisme (NCTV) doit également participer à la réunion prévue aujourd'hui.

Maximo Ibarra, le CEO de KPN, est sur le départ pour des raisons familiales. ©REUTERS

Malgré tout, les premiers éléments indiquent qu'il ne s'agirait pas d'un piratage informatique, comme l'a précisé dès hier soir un responsable de KPN, Joost Farwerck, au cours d'une émission télévisée. Quoi qu'il en soit, l'affaire aura des retombées politiques. Les causes et la gestion de la panne doivent en effet être débattues demain à la chambre basse du Parlement.

Par un concours de circonstances, KPN a fait savoir ce matin dans un communiqué que son directeur général Maximo Ibarra allait quitter ses fonctions. L'opérateur a bien précisé que ce départ était dû à des raisons familiales et non à la panne d'hier.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect