L'accord avec la troïka est "douloureux" mais l'île s'en remettra (président chypriote)

©EPA

Le président chypriote Nicos Anastasiades reconnaît que l'accord sur le sauvetage de Chypre est "douloureux" mais pour lui, l'île méditerranéenne s'en remettra.

Le président chypriote Nicos Anastasiades a reconnu lundi soir que l'accord conclu avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international sur le sauvetage de Chypre était "douloureux" mais a estimé que l'île méditerranéenne s'en remettrait, dans un discours télévisé.

Chypre a évité la banqueroute grâce à un plan de sauvetage de dernière minute conclu dans la nuit de dimanche à lundi à Bruxelles mais ses deux principales banques en paient lourdement le prix.

Le président de droite a affirmé avoir pris des "décisions douloureuses pour sauver le pays de la faillite" et promis que Chypre "se remettrait de nouveau sur pied".

Il a ajouté que sa mission avec les bailleurs de fonds internationaux avait été "une tâche extrêmement difficile avec un but unique: parvenir à sauver notre pays à travers la consolidation et la rationalisation de notre système bancaire".

"Il y a eu des heures difficiles, et parfois des moments dramatiques (...) Chypre était au bord de l'effondrement économique. Nos choix n'ont pas été faciles, et l'environnement pas idéal", a-t-il encore dit.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés