Publicité
Publicité

L'agent innervant du dossier Skripal ne viendrait pas forcément de Russie

Nouveau rebondissement dans l'affaire Skripal. A l'heure où Moscou insinue que Londres pourrait être à l'origine de l'empoisonnement de l'ex-espion, un laboratoire britannique a souligné une absence de preuves qui attesteraient de l'implication russe.