L'Allemagne compte bien taxer les automobilistes étrangers

Pour avoir le "privilège" de rouler pied au plancher sur les autoroutes allemandes, les étrangers vont devoir passer à la caisse. Les conducteurs étrangers pourront acheter une vignette valable 10 jours pour 10 euros ou une de 2 mois pour 20 euros.

L’idée sur le papier semblait toute simple. Pour avoir le "privilège" de rouler pied au plancher sur les autoroutes allemandes, les étrangers devaient passer à la caisse. Imaginée par la CSU, l’aile bavaroise du parti chrétien-démocrate d’Angela Merkel, cette taxe réservée aux véhicules qui ne sont pas immatriculés en république fédérale était supposée financer les investissements nécessaires à l’entretien des 12.879 kilomètres d’autobahnen du pays. Voilà pour la théorie… Mais il y a un "hic". L’Union européenne interdit formellement de freiner la libre-circulation des citoyens de certains Etats-membres plutôt que d’autres. En clair, si Berlin a parfaitement le droit de créer une nouvelle taxe routière, elle doit l’imposer à tous les automobilistes, quelle que soit leur nationalité. Qu’à cela ne tienne…

Le ministre fédéral des Transports, Alexander Dobrindt, a présenté, hier, un projet qui taxerait les étrangers sans pénaliser pour autant les Allemands, tout en respectant la législation européenne. Impossible n’est pas allemand? À voir…

Complexe

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Le modèle imaginé par les bureaucrates fédéraux est particulièrement complexe. À compter de 2016, les automobilistes seront taxés sous la forme d’une vignette annuelle dont le coût dépendra de l’âge de la voiture, de la cylindrée du moteur et de critères environnementaux. Cet impôt de 88 euros en moyenne, que devront payer tous les propriétaires de véhicules de moins de 3,5 tonnes circulant dans le pays, sera minoré d’autant sur la taxe que versent actuellement les conducteurs en Allemagne. Le propriétaire d’une Passat Diesel datant de 2012, qui doit aujourd’hui verser à l’État 242 euros pour compenser l’impact de ses émissions en CO2, devra ainsi débourser en 2016 137,50 euros pour sa "Kfz-Steuer" auxquels viendront s’ajouter les 104,50 euros de la nouvelle taxe sur les infrastructures.

La somme de ces deux impôts sera donc égale au montant qu’il paye aujourd’hui. Et Alexander Dobrindt a promis que ce calcul sera le même pour les tous les automobilistes vivant outre-Rhin. Les motos sont aussi concernées par cette réforme. C’est une première surprise. Et elle touchera toutes les routes bitumées et non pas seulement les autoroutes comme on le pensait jusqu’à maintenant. Inutile donc pour les Bruxellois de passage de privilégier les nationales plutôt que les autobahnen. La taxe qu’ils devront acquitter sera la même.De fait, les étrangers pourront acheter sur internet une vignette annuelle et ils pourront trouver dans les stations essence une vignette valable dix jours pour dix euros ou bien une de deux mois pour 20 euros. M. Dobrindt souhaite ainsi mettre fin, selon lui, à une "injustice" qui obligeait les Allemands à payer des péages autoroutiers ou des vignettes dans les plupart des pays limitrophes (France, Autriche, Suisse, Italie, Pologne, République tchèque) alors que les étrangers pouvaient rouler gratuitement en république fédérale. Le ministre, qui affirme avoir "cherché le dialogue" avec la Commission, a également juré que son projet était conforme au droit européen. À la Commission européenne de juger…

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n