L'Allemagne va investir 62 milliards pour rénover son réseau ferroviaire

©Bloomberg

L’État allemand dépensera 62 milliards d’euros d’ici 2030 pour la rénovation de son réseau ferroviaire, dans le cadre d’un accord conclu mardi avec Deutsche Bahn et destiné à accélérer les efforts de protection du climat.

Deutsche Bahn va investir 86 milliards d’euros en 10 ans dans son réseau. 62 milliards seront avancés par l’État fédéral; 24 milliards proviendront du budget de la compagnie. "C’est le plus important programme de modernisation jamais mené en Allemagne", souligne le ministre des Transports Andreas Scheuer. Il s’agit de "promouvoir une mobilité moderne et respectueuse de l’environnement", ajoute le ministre des Finances, Olaf Scholz.

Le gouvernement allemand, sous pression face à la popularité du mouvement Friday for Future en Allemagne, a fait du climat – et donc du rail – l’une de ses priorités pour la législature en cours. Le développement du rail était l’un des axes majeurs du plan climat présenté fin septembre par le gouvernement.

Pour soutenir le développement du rail, le prix des billets a diminué de 10% en moyenne depuis le 1er janvier.

De fait, après des années de sous-financement, les besoins sont considérables. L’état du réseau laisse à désirer. 2.000 km de rails seront rénovés chaque année selon les plans présentés mardi. Une grande part des 33.000 km de rails, la quasi-totalité des gares et 2.000 ponts sont en mauvais état. Deutsche Bahn est en outre confrontée à un gros problème de ponctualité. Entre un quart et un cinquième des trains sont aujourd’hui en retard.

Mais l’accord signé hier ne prévoit pas seulement de résoudre les manquements actuels. Deutsche Bahn veut en outre améliorer l’accessibilité des trains aux personnes handicapées et doubler le nombre des passagers à 260 millions d’ici 2030, ce qui obligera à assainir les nœuds ferroviaires que sont Hambourg ou les axes Cologne-Dortmund et Fulda-Mannheim.

Deutsche Bahn entend en outre augmenter la fréquence de circulation avec un train toutes les 30 minutes sur les grandes lignes, ce qui nécessite l’achat de matériel roulant. 8,5 milliards d’euros sont prévus d’ici 2026 pour l’achat de nouveaux trains grande ligne, et 3,7 milliards d’euros dans les trains urbains.

Enfin, la compagnie veut inverser la tendance dans le fret ferroviaire dont le volume ne cesse de reculer au profit de la route. Le fret ferroviaire doit augmenter de 70% d’ici 2030, selon les objectifs. Pour passer à la vitesse supérieure, Deutsche Bahn devra recruter à très court terme 900 salariés dans les domaines techniques, un défi dans l’état actuel du marché du travail dans le pays.

Scepticisme

Face à l’ampleur des défis, le ministre des Transports appelle à la patience. Les changements ne seront véritablement perceptibles que dans 10 ans, selon la compagnie. Syndicats et représentants des usagers font, eux, preuve de scepticisme. Allianz pro Schiene, un collectif d’entreprises, d’associations pour l’environnement, de syndicalistes et d’usagers juge les besoins "considérables" et doute que les 86 milliards d’euros prévus pour la modernisation du rail suffisent. Le porte-parole des verts pour le rail, Matthias Gastel parle d’une "opération en urgence" qui ne permettra pas de compenser des années de sous-financement chronique.

Pour soutenir le développement du rail, le gouvernement avait consenti en début d’année une baisse du taux de TVA sur les billets de train de 19 à 7%. Le prix des billets a diminué en conséquence de 10% en moyenne depuis le 1er janvier.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n