L'Europe accroît ses importations de viande de boeuf américain

©BELGAIMAGE

Les Etats-Unis et l'UE ont conclu un accord qui accroît le quota d'importation de viande de boeuf américain en Europe à 35.000 tonnes par an. Cet accord réduit les risques de guerre commerciale entre les deux zones.

Les Etats-Unis et l’Union européenne ont signé ce vendredi un accord visant à accroître les exportations de bœuf américain en Europe. Le président Trump a annoncé la nouvelle en débat de soirée en qualifiant l'accord "d'avancée majeure". "C'est une victoire immense" pour les éleveurs américains, a estimé le président américain, affirmant que "le boeuf américain était le meilleur du monde".

Cet accord, conclu en juin dernier dans le plus grand secret, relève les quotas d’entrée de bœuf américain à 35.000 tonnes par an, soit la majeure partie du quota de 45.000 tonnes de bœuf étranger accepté dans l’Union européenne depuis 2009. La viande devra être de qualité et exempte d’hormones, stipulent les parties.

L’accord devra être validé par le Parlement européen à la rentrée. Il fait partie de la stratégie de la Maison Blanche, "America First", de conclure des accords commerciaux avec le plus grand nombre de partenaires.

Les risques de guerre commerciale s'éloignent

Ce geste de l’Union européenne fait partie de la "détente" survenue l’an dernier entre le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président des Etats-Unis Donald Trump. Le président Juncker s’était engagé à ce que l’Union importe davantage de soja américain, ce qui avait calmé le président Trump, parti sur le sentier de la guerre commerciale.

Cet accord fixe à 35.000 tonnes le quota d’importation de boeuf américain en Europe.

À nouveau, cet accord sur les exportations de viande de boeuf éloigne les risques d’une guerre commerciale entre l’UE et les Etats-Unis.

Le quota de 45.000 tonnes de bœuf étranger autorisé à l’importation en Europe ne bougera pas, les producteurs américains se voyant attribuer 80% du quota. L’Argentine, l’Uruguay et l’Australie auraient cédé leurs parts aux Etats-Unis.

Les Européens son réticents à importer de la viande américaine en raison de la présence d’hormones. Par ailleurs, les producteurs de bœuf européens jugent le marché déjà saturé.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect