L'Europe au secours de la dette grecque?

George Papaconstantinou

Le FESF pourrait racheter de la dette grecque à moindre coût. L'idée est sur la table...

Le ministre grec des Finances George Papaconstantinou a avancé vendredi l'idée que l'argent mobilisé par le futur Fonds européen de stabilité financière (FESF) puisse aider son pays à racheter une partie de sa dette, émise avec des taux d'intérêts élevés. L'idée est "sur la table", mais ne fait pas l'objet "de discussions officielles" au sein de la zone euro, a indiqué M. Papaconstantinou dans une interview accordée à Davos (Suisse) à l'agence Dow Jones Newswires.

La ministre française de l'Economie Christine Lagarde a confirmé vendredi à Davos que les Européens discutaient de la possibilité d'un rachat de dette par le FESF.

Le Fonds, qui bénéficiera d'une note "AAA" de la part des agences de notation, sera en mesure de lever des fonds à des conditions très favorables. Une partie des sommes recueillies pourraient être prêtées à la Grèce qui pourrait l'utiliser pour racheter des titres de dette portant un intérêt élevé.

La Grèce est notée en catégorie spéculative par les trois grandes agences de notation, ce qui implique que toute émission obligataire de sa part doit être assortie de taux d'intérêt élevés pour intéresser les investisseurs. Selon Dow Jones, citant des responsables européens anonymes, la Grèce pourrait ainsi racheter de 50 à 60 milliards de dollars de dette.

Cette dette serait rachetée à sa valeur de marché qui est actuellement de 70% de la valeur faciale des obligations, permettant à la Grèce d'économiser la différence.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés