Publicité

L'Europe critique le nouveau gouvernement afghan

Le Premier ministre afghan, Mohammad Hassan Akhund (au centre). ©REUTERS

Les pays occidentaux ont réagi froidement à la formation du gouvernement afghan. Des ministres européens des affaires étrangères et le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, ont discuté de la future relation avec les talibans.

La communauté internationale a réservé un accueil mitigé, ce mercredi, au gouvernement formé par les talibans pour diriger l'Afghanistan. Les talibans ont présenté, mardi, un gouvernement ne comportant ni étrangers ni femmes. Le Premier ministre, Mohammad Hassan Akhund, un proche du mollah Omar, fondateur des talibans, est recherché par les États-Unis pour terrorisme. Le ministre de l'Intérieur, Sirajuddin Hakkani, aurait des contacts étroits avec Al-Qaïda.

"Cela ne ressemble pas à la formation inclusive et représentative que nous espérions voir et que les talibans promettaient."
Peter Stano
Porte-parole de la Commission européenne

L'Union européenne s'est montrée critique. "Cela ne ressemble pas à la formation inclusive et représentative que nous espérions voir et que les talibans promettaient en termes de diversité ethnique et religieuse de l'Afghanistan", a déclaré Peter Stano, un porte-parole de la Commission européenne.

Le Premier ministre allemand Heiko Maas a estimé qu'il ne voyait pas de raisons d'être optimiste quant à la situation dans le pays. Le Royaume-Uni a indiqué qu'il aurait voulu voir un gouvernement "diversifié" à la tête de l'Afghanistan.

La Russie a invité les talibans à "tenir leurs promesses".

La veille, les États-Unis s'étaient dits préoccupés par ce gouvernement, tout en ajoutant qu'ils le jugeraient en fonction de ses actions.

"Cela met fin à plus de trois semaines d'anarchie en Afghanistan."
Wang Wenbin
Porte-parole de la diplomatie chinoise

Seule la Chine a salué la nouvelle. "Cela met fin à plus de trois semaines d'anarchie en Afghanistan", a dit le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin.

Les relations futures avec les talibans

Malgré ces réticences, les États occidentaux devraient établir des contacts minimaux avec les talibans, ne fût-ce que pour assurer une aide humanitaire et évacuer du pays les personnes en danger.

200
Millions d'euros
L'UE augmentera son aide humanitaire à l'Afghanistan à hauteur de 200 millions d'euros d'ici la fin de l'année.

La question était au cœur d'une visite du secrétaire d'État américain Antony Blinken en Allemagne. Le chef de la diplomatie américaine a rencontré son homologue allemand, Heiko Maas, avant de participer à une rencontre virtuelle entre 20 ministres européens des Affaires étrangères.

L'UE a indiqué, mercredi, qu'elle continuerait à acheminer de l'aide humanitaire en Afghanistan. "Le budget de l'aide immédiate sera augmenté à hauteur de 200 millions d'euros", a dit le vice-président de la Commission, Maroš Šefčovič.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés