L'Europe décourage les voyages et prie la Belgique de justifier son régime plus strict

Le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, a présenté des nouvelles mesures de restriction des déplacements suite à une recrudescence de la pandémie. ©EPA

La Commission européenne recommande de nouvelles restrictions pour les zones les plus touchées par le Covid. La Belgique doit justifier l'interdiction des voyages non essentiels.

La Commission européenne a proposé ce lundi des nouvelles mesures pour lutter contre la recrudescence de la pandémie de Covid-19 suite à la propagation de variants du virus particulièrement agressifs. L'exécutif européen propose des restrictions supplémentaires pour les voyages de et vers les zones à haut risque, y compris pour certains voyages essentiels. Ces régions particulièrement contaminées seront définies par une nouvelle couleur, le rouge foncé. Cette disposition évite la fermeture des frontières intraeuropéennes, une mesure extrême qui mettrait à mal le marché intérieur. Elle va moins loin que la décision du gouvernement belge d'interdire les voyages non essentiels.

"Il est urgent de réduire le risque lié aux contaminations dues aux déplacements et aux voyages, ceci pour éviter d'alourdir encore le fardeau pour les soins de santé, qui sont déjà débordés."
Didier Reynders
Commissaire européen à la Justice

"Il y a actuellement un nombre très élevé de contaminations dans de nombreux États membres", a déclaré Didier Reynders, le commissaire à la Justice. "Il est urgent de réduire le risque lié aux contaminations dues aux déplacements et aux voyages, ceci pour éviter d'alourdir encore le fardeau pour les soins de santé, qui sont déjà débordés."

Tests et quarantaine

Une nouvelle zone rouge foncé, où le taux d'incidence du Covid-19 est supérieur ou égal à 500 cas pour 100.000 habitants sur 14 jours, sera ajoutée à la carte mise à jour chaque semaine par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

La Commission propose que les voyageurs en provenance de ces zones à haut risque présentent un test PCR négatif, réalisé 72 heures avant leur départ. Ces tests obligatoires pourraient être combinés avec une quarantaine de 14 jours.

Ces mesures devraient s'appliquer même en cas de voyage essentiel, sauf si elles entravent le but même du déplacement. Par ailleurs, certaines catégories de voyageurs essentiels sont exemptées, comme les travailleurs du secteur des transports, nécessaires au bon fonctionnement du marché intérieur. Les personnes habitant près d'une frontière, qui doivent fréquemment la traverser pour des raisons familiales ou professionnelles, seraient aussi exemptées de quarantaine et testées de façon "proportionnée".

La Commission propose également de durcir les règles pour les déplacements extraeuropéens. "Tous les voyages non essentiels, surtout en provenance des pays à risque, doivent être fortement découragés jusqu'à ce que la situation s'améliore", a indiqué la commissaire aux Affaires intérieures, Ylva Johansson. "Les voyages essentiels doivent rester possibles, mais avec un test exigé au préalable."

Des tests et des quarantaines devraient être imposés systématiquement aux voyageurs en provenance de pays où un variant préoccupant du virus a été détecté. Un formulaire commun de localisation des passagers devrait être également créé.

Ces mesures doivent encore être approuvées par le Conseil européen.

La Belgique devra se justifier

Le gouvernement belge est allé un cran plus haut et s'apprête à interdire, du 27 janvier au 1er mars prochain, les voyages à des fins récréatives ou touristiques. Cette mesure, prévue dans un arrêté royal, va au-delà des recommandations de l'Union européenne.

"Si un État va au-delà des recommandations, nous demandons qu'il y ait une explication sur le caractère proportionné, nécessaire et non discriminatoire de ces mesures."
Didier Reynders
Commissaire européen à la Justice

"On ne peut pas empêcher les États membres de prendre des mesures au jour le jour. Si un État va au-delà des recommandations, nous demandons qu'il y ait une explication sur le caractère proportionné, nécessaire et non discriminatoire de ces mesures", a estimé Didier Reynders.

Reprise de la pandémie

La recrudescence de la pandémie entraîne de nouvelles décisions un peu partout en Europe. La France réfléchit à l'imposition d'un nouveau confinement. Le Royaume-Uni s'est confiné pour la troisième fois et songe à maintenir ses écoles fermées jusqu'à Pâques. Ce dimanche, la Suède a interdit pour trois semaines l'entrée sur son territoire depuis la Norvège.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés