Publicité

L'Europe divisée sur la levée des brevets vaccinaux

Le taux de vaccination en Afrique stagne sous les 2%, alors que plus d'un tiers de la population européenne est vaccinée. ©AFP

L'Europe est divisée sur la proposition de Joe Biden de suspendre les brevets sur les vaccins contre le Covid-19. Un net clivage gauche-droite s'est révélé lors d'un débat européen.

L'Union européenne n'est pas prête de répondre positivement à la proposition du président des États-Unis, Joe Biden, de suspendre les brevets sur les vaccins contre le Covid-19. La question a fait l'objet d'un débat très vif, mercredi, au Parlement européen, en vue d'éventuelles négociations au niveau de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC). Les échanges ont révélé un profond clivage au sein de la majorité politique, constituée des démocrates-chrétiens (PPE), des sociaux-démocrates (S&D) et des libéraux (Renew Europe).

Les groupes politiques négocieront dans les jours à venir une résolution qui sera soumise au vote début juin. Le texte devrait diluer toute volonté d'aller vers la levée des brevets.

"À court terme, la priorité de l'UE est d'augmenter la production pour atteindre une immunité mondiale."
Santos Silva
Ministre portugais des Affaires étrangères

L'Europe n'est pas pressée d'entamer les négociations. "L'UE est prête à discuter de toute proposition concrète sur les droits de propriété intellectuelle, mais nous avons besoin d'informations complémentaires de la part des États-Unis", a résumé Augusto Santos Silva, le ministre portugais des Affaires étrangères, dont le pays occupe la présidence tournante du Conseil de l'UE. "À court terme, la priorité de l'UE est d'augmenter la production pour atteindre une immunité mondiale."

Bras de fer gauche-droite

"La proposition de Joe Biden d'apporte par de solution en temps utile."
Dacian Ciolos
Président du groupe des libéraux au Parlement européen

Le PPE, opposé à une levée des brevets, préconise une hausse de la production et des exportations. Il est rejoint par Renew Europe, les conservateurs (ECR) et l'extrême-droite (ID). La droite compte sur l'initiative Covax visant à livrer 2 milliards de vaccins cette année, dont 1,3 milliard aux pays les plus pauvres. À ce jour, l'UE a livré 200 millions de doses dans ce cadre.

"Dans les pays riches, une personne sur quatre est vaccinée. Dans les pays pauvres, c'est une sur cinq cents. La proposition de Joe Biden n'apporte par de solution en temps utile", a résumé le chef de file des libéraux, Dacian Ciolos, estimant qu'il faudrait trop de temps pour "préparer une recette, former les ingénieurs et mettre en place des lignes de productions".

"Partout dans le monde, des entreprises pharmaceutiques annoncent leur capacité à produire des vaccins, mais elles se voient refuser des licences de production par les grands laboratoires."
Philippe Lamberts
Coprésident des Verts au Parlement européen

Pour les sociaux-démocrates (S&D), les écologistes et la gauche radicale (GUE), il faut suspendre la propriété intellectuelle. "Nous avons besoin de plus de 12 milliards de vaccins d'ici la fin de l'année, la fourniture de Covax est loin de son objectif initial de 2 milliards de doses d'ici la fin de l'année. Nous demandons à la Commission européenne de soutenir, au sein de l'OMC, la suspension temporaire de ces brevets", a dit Iratxe García Pérez, la présidente du S&D.

"Partout dans le monde, des entreprises pharmaceutiques annoncent leur capacité à produire des vaccins, mais elles se voient refuser des licences de production par les grands laboratoires", a dit le coprésident des Verts, Philippe Lamberts. "À l'heure actuelle, des millions de personnes sont privées d'un vaccin qui pourrait leur sauver la vie, tout simplement parce qu'elles ne sont pas nées au bon endroit", a ajouté l'eurodéputé belge.

2
Milliards
L'initiative Covax, lancée par l'OMS et l'UE, ambitionne de fournir d'ici la fin de l'année 2 milliards de doses de vaccins dans le monde, dont 1,3 milliard aux 92 pays les moins favorisés. À ce jour, 200 millions de doses ont été livrées.

Le plan de la Commission

Lors des débats, la Commission européenne est allée de l'avant, en proposant à l'OMC un plan pour stimuler la production de vaccin. "L'accès universel et équitable aux vaccins et aux traitements doit être la priorité numéro un de la communauté mondiale", a plaidé le vice-président de la Commission, Valdis Dombrovskis.

L'exécutif européen propose d'accroître la production, de limiter les restrictions aux exportations, et d'offrir des prix abordables aux pays pauvres. Il suggère aussi de mettre en œuvre la règle de l'OMC sur les "licences obligatoires" permettant aux laboratoires de produire sans le consentement du titulaire du brevet, lequel recevrait en échange un paiement.

Le résumé

  • L'Union européenne est divisée sur la suspension des brevets sur les vaccins contre le Covid-19, une proposition avancée récemment par le président des États-Unis Joe Biden. Lors d'un débat au Parlement européen, les groupes politiques de droite se sont opposés à cette idée, alors que les sociaux-démocrates, les verts et la gauche radicale y sont favorables.
  • Ni le Conseil européen, ni la Commission ne sont en faveur d'une levée des brevets. L'UE devrait proposer à l'OMC un plan pour accroître la production et les exportations, avec, éventuellement, la mise en œuvre de "licences obligatoires".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés