L'Europe identifie des failles de sécurité dans la 5G

Le commissaire européen à la Sécurité de l'Union, Julian King, présente le rapport sur les risques de sécurité de la 5G ©EPA

L'Union européenne a publié ce mercredi un rapport identifiant des risques pour la cybersécurité dans la 5G. Aucune entreprise n'est citée, mais la firme chinoise Huawei est en ligne de mire. L'UE devrait publier fin décembre des mesures pour lutter contre ces failles.

©EPA

L'Union européenne a publié ce mercredi un rapport identifiant des risques pour la cybersécurité posés par la cinquième génération de téléphonie mobile (5G). 

Le document de 33 pages, consulté par L'Echo, fait la synthèse des rapports sur les risques de la 5G de chacun des 28 États membres, lesquels n'ont jamais été publiés.

L'UE constate "une exposition accrue aux attaques facilitée par les fournisseurs", sans qu'aucune entreprise ou État ne soit cité. Tout le monde a pourtant à l'esprit le fournisseur chinois Huawei.

"La 5G présente des risques de sécurité, et les conséquences de ces risques sont plus importantes que dans les autres réseaux de téléphonie mobile", dit une source européenne. Les auteurs de ces menaces peuvent être "des individus isolés, un État ou un groupe organisé".

Pour les experts qui ont participé à la rédaction de ce rapport, "le défi est plus important qu'il n'a jamais été et il est trop tôt pour résoudre le problème". 

L'UE prudente

Le rapport fait suite à l'implication de Huawei dans des affaires d'espionnage au service de Pékin. Les États-Unis ont interdit à Huawei de déployer la 5G sur son territoire pour des raisons de sécurité nationale. Washington aimerait que l'Union européenne fasse de même.

Dans ce domaine, l'Europe veut agir avec plus de prudence et renonce à citer Huawei et la Chine dans son rapport.

"Ne pointer aucun pays, aucune entreprise est une force à ce stade, explique Julian King, le commissaire européen chargé de la Sécurité, nous avançons pas à pas en nous fondant sur des preuves, nous ne voulons pas mettre la charrue avant les boeufs."

La prochaine étape de ce processus, décidé en mars dernier, consiste à publier fin décembre des mesures de sécurité, une "boîte à outils" destinée à chaque État. "Nous aboutirons à des mesures précises avant le 31 décembre. Si les États n'en tiennent pas compte, ils devront s'en justifier", poursuit Julian King.

Huawei en ligne de mire

L'approche est plus feutrée que celle des États-Unis. Mais pour qui sait lire entre les lignes, Huawei transparaît. "Le rapport reconnaît qu'il existe un acteur malveillant qui n'est pas membre de l'Union européenne qui pourrait mener des attaques", dit Mariya Gabriel, commissaire européenne à l'Économie et à la Société numérique.

Cette prudence des Européens s'explique par des dissensions entre les 28 États de l'UE, chacun ayant l'intention de conserver des prérogatives de sécurité nationale.

Les pays de l'Est sont en faveur d'une interdiction de Huawei sur le réseau 5G. Tout comme le Royaume-Uni, allié des États-Unis.

©REUTERS

D'autres, comme l'Allemagne, sont plus nuancés. Berlin plaide pour assurer un niveau de concurrence loyal sur le marché européen. En outre, Huawei affronte deux concurrents de taille en Europe, le Finlandais Nokia et le Suédois Ericsson. 

Le rapport avertit sur le risque de se retrouver avec un seul opérateur sur le marché suite à l'interdiction d'un concurrent. "Retirer un des acteurs n'est pas forcément une bonne solution pour assurer un degré de diversité, dit une source européenne. Il y aura un risque si on se retrouve à utiliser un seul opérateur."

Pour l'heure, la Commission européenne est au moins satisfaite que tous les États aient participé à la rédaction du rapport. "C'est un exploit d'arriver à cette vision commune aux Vingt-huit dans une matière, la cybersécurité, où les limites de compétences ne sont pas encore bien définies", dit cette source.

La 5G, cent fois plus puissante que la 4G, doit servir au développement des smartphones et des objets communicants mis en réseau.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect