L'Europe interdit certains plastiques jetables

L'euro-députée belge Frederique Ries ©BELGA

Le Parlement européen a adopté en plénière la législation interdisant certains plastiques jetables. Une première étape pour la rapporteure MR Frédérique Ries, dont le travail a été plébiscité par les députés européens.

Les eurodéputés ont adopté ce mercredi à une large majorité (560 voix pour, 35 contre et 28 abstentions) l’interdiction de certains produits plastiques à usage unique comme les assiettes, les couverts, les pailles et les bâtonnets de coton-tige à partir de 2021.

Le parlement, en accord avec les États de l’UE, a fixé un objectif de collecte de 90% pour les bouteilles en plastique d’ici 2029 et un objectif de 25% de contenu recyclé dans les bouteilles en plastique d’ici 2025, puis de 30% d’ici 2030.

©EPA

La législation n'est pas complète. Ainsi, restent autorisés les produits en plastique biodégradable à base de "polymères naturels qui n'ont pas été chimiquement modifiés". Les filtres à cigarettes et les lingettes humides ne sont pas, non plus, interdites. En ce qui concerne les filets de pèches, les Etats de l'UE sont prudemment invités à fixer des objectifs nationaux.

"Cette législation fera économiser 6,5 milliards d’euros aux citoyens européens", a déclaré la Belge Frédérique Ries (ALDE/MR), auteure du rapport sur l’interdiction des plastiques jetables. Pour Frédérique Ries, il faudra aller encore plus loin. "C’est une première étape, mais nous sommes en marche", a-t-elle conclu, en guise de clin d’œil au groupe politique en cours de formation entre les libéraux européens et le mouvement d’Emmanuel Macron.

"Nous n'avons pas encore atteint nos objectifs"

Les écologistes ont salué "l’excellent travail" de la députée, parvenue à trouver l’équilibre nécessaire à l’adoption du texte. Mais ils ont aussi souligné le caractère insuffisant de cette législation. "Nous n’avons pas encore atteint notre objectif", a déploré le Néerlandais Bas Eickhout (Verts/ALE) lors des débats en plénière, "ce sont les emballages qui posent problème, nous n’avons jamais entendu parler de la taxe sur les plastiques que la Commission avait promis de déposer".

"C’est une première étape, mais nous sommes en marche."
Frédérique Ries
Députée libérale (ALDE/MR)

Les démocrates chrétiens ont voté "oui" à la législation, mais leur accord n’est pas acquis pour la suite. "Il ne faut pas aller trop loin, les Verts voulaient interdire les ballons gonflables", a ironisé l’élu allemand Peter Liese (PPE). Pourtant, dans son rapport sur les déchets marins, le Programme des Nations-Unies pour l’environnement (Pnue) a recensé près d'un million de déchets de ballons perdus dans les océans entre 1989 et 2007.

Le Français Younous Omarjee (GUE, France insoumise) a lancé un avertissement. "D’ici 2050, il y aura plus de plastique dans les océans que de poissons", a-t-il dit, chiffrant à "cinq milliards de tonnes" les plastiques dérivant en mer.

Selon la Commission européenne, plus de 80% des déchets marins sont en plastique. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect