Publicité

L'Europe rappelle Facebook et Twitter à l'ordre

©EPA

La Commission Juncker commence à perdre patience envers Facebook et Twitter, accusés depuis plusieurs mois de tromper le consommateur sur les conditions réelles de leurs services.

Vera Jourova, la Commissaire européenne à la Justice et aux Consommateurs, le reconnaît, elle n’est pas fan de Facebook. "J’avais un compte Facebook, mais c’était le canal des obscénités, je ne m’attendais pas à un tel déferlement de haine, alors je l’ai supprimé", confie-t-elle.

Sa vigilance envers la protection des consommateurs européens face au réseau social n’en est que plus forte. Et sur ce front, Vera Jourova commence à perdre patience. En février dernier, elle avait demandé à Facebook et Twitter de se conformer aux règles européennes de protection des consommateurs. Sept mois plus tard, l’exécutif européen n’a constaté aucun réel progrès de la part des réseaux sociaux européens. "Ma patiente à des limites", dit-elle, "cela dure depuis trop longtemps".

Vera Jourova avait demandé à Facebook de cesser la présentation trompeuse des principales caractéristiques de ses services. "Facebook indique maintenant aux consommateurs que leurs données eu leur contenu sont utilisées uniquement pour améliorer leur expérience globale et ne mentionne pas que l’entreprise utilise ces données à des fins commerciales", déplore la commissaire tchèque.

Les sanctions arrivent

La société de Mark Zuckerberg aurait promis, lors de discussions, de s’aligner pour le mois de décembre. Vera Jourova veut voir le changement arriver avant de baisser la garde.

"Les autorités nationales de protection des consommateurs imposeront des sanctions à Facebook après la nouvelle année si elles ne voient aucun progrès", avertit la commissaire, "on ne peut négocier éternellement. Nous voulons voir des résultats". Il en est de même pour Twitter, a précisé un porte-parole de la Commission européenne.

Airbnb dans les clous

Dans ce bras de fer avec les géants américains du net, Airbnb fait figure de bon élève. Après l’appel de la Commission, la firme de location en ligne s'est engagée à apporter les modifications nécessaires à ses conditions générales et à améliorer la présentation de ses tarifs.

Airbnb a promis, à l’avenir, de présenter le prix total des réservations y compris les frais supplémentaires (frais de service, nettoyage...). La société s’est aussi engagée à préciser si la proposition émane d’un hôte privé ou d’un professionnel, les règles de protection des consommateurs variant en fonction du scénario. Lorsqu'il n'est pas possible de calculer le prix final à l'avance, elle s'est engagée à informer clairement le consommateur des suppléments éventuellement applicables.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés