L'Europe reste divisée sur la réouverture de l'espace Schengen

Le président du Bundestag, Wolfgang Shäuble, veut un rétablissement rapide de l'espace Schengen. ©AFP

La France et l'Allemagne ont plaidé mardi pour une réouverture rapide de l'espace Schengen. L'Italie et l'Espagne souhaitent un retour des touristes pour les vacances. Mais les États européens peinent à se coordonner.

Plusieurs États européens souhaitent une réouverture rapide des frontières de l'espace Schengen fermées durant plusieurs semaines suite à la pandémie de Covid-19, alors que l'Europe reste divisée sur la question.

Le président de l'Assemblée nationale française, Richard Ferrand (LREM), et son homologue allemand, Wolfgang Schäuble (CDU), ont appelé mardi à une réouverture rapide des frontières internes de l'UE.

"La France et l'Allemagne doivent œuvrer en faveur du rétablissement immédiat de la libre circulation au sein de l'espace Schengen lorsque les conditions seront remplies", écrivent-ils dans une déclaration commune.

Richard Ferrand et Wolfgang Shäuble soulignent "les lourdes conséquences économiques" de la fermeture de l'espace Schengen.

Le 15 juin, "D-Day" du tourisme

L'Italie et l'Espagne ont à nouveau plaidé mardi pour la fin des restrictions frontalières afin de permettre le retour des touristes pour les vacances d'été.

"Nous travaillons afin de repartir tous ensemble le 15 juin en Europe."
Luigi Di Maio
Ministre italien des Affaires étrangères

Rome réclame une réouverture des frontières le 15 juin. "Nous travaillons afin de repartir tous ensemble le 15 juin en Europe", a indiqué le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio

"Nous devons travailler entre partenaires européens pour fixer des principes communs."
Arancha Gonzalez
Ministre espagnole des Affaires étrangères

Madrid insiste pour que les États de l'UE établissent des règles communes assurant la sécurité des voyageurs afin de rétablir la libre-circulation dans l'espace Schengen. "Nous devons travailler entre partenaires européens pour fixer des principes communs", a dit la ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzalez. L'Espagne, qui a appliqué un confinement particulièrement strict, invite les touristes à revenir dès juillet.

Les deux pays, très touchés par la pandémie de Covid-19, dépendent fortement des revenus du tourisme.

La date du 15 juin est souvent évoquée pour un retour à la normale. Le "D-Day" du tourisme européen, comme l'a baptisé Luigi Di Maio. Mais, pour l'instant, les États européens prennent des décisions individuelles ou, au mieux, concertées avec les pays voisins.

"Le plus vite possible"

Les 27 ministres des Affaires européennes ont abordé la question mardi lors d'une vidéoconférence. Ils ont affiché la volonté d'une réouverture rapide des frontières, sans fixer d'échéance précise ni de procédure. Il s'agissait d'une réunion informelle, ou, souligne la Secrétaire d'État croate Andreja Metelko-Zgombic, il était question de déterminer "l'équilibre entre le retour aux activités économiques et protéger la vie des citoyens".

"Coordination, consultation, information sur les décisions, parler aux voisins, tels étaient les mots le plus souvent entendus", a résumé le vice-président de la Commission Maros Sefcovic. Il a fait état du "sentiment unanime que le retour au fonctionnement complet de Schengen doit être réalisé le plus vite possible".

Le sentiment d'urgence est partagé entre les Vingt-sept. Mais l'unité sur la méthode reste introuvable.

Les gouvernements nationaux sont prudents, les dégâts causés par la pandémie de coronavirus variant très fort d'un pays à l'autre. L'incertitude sur la survenue d'une seconde vague de Covid-19 freine aussi le processus.

La Commission a encouragé, en vain, les États à se coordonner, en publiant à la mi-mai des lignes directrices pour une réouverture progressive des frontières en vue de relancer le secteur du tourisme.

La fermeture des frontières est une compétence nationale, comme les décisions de politique sanitaire. La crise pourrait réveiller les consciences en faveur d'une plus grande intégration. Récemment, l'Allemagne a donné des signes en faveur d'un plus grand transfert de compétences, quitte à modifier les traités. 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés