L'Europe se dote d'une unité commune de cybersécurité

Thierry Breton, le commissaire européen au Marché intérieur est également chargé de la cybersécurité . ©Le Pictorium/Maxppp

La Commission européenne dévoile ce mercredi son projet d'unité commune de cybersécurité, une plateforme qui permettra de mieux coordonner les agences de défense, la police, l'armée et les autorités compétentes dans la lutte contre les cyberattaques.

La Commission européenne devrait adopter mercredi une recommandation visant à créer une "unité commune de cybersécurité", une plateforme qui permettra de renforcer la lutte contre les cyberattaques ciblant les autorités publiques et les entreprises européennes. Pour autant qu'elle soit adoptée par les États de l'UE et le Parlement européen, cette entité sera mise en place d'ici à 2022 par l'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information (ENISA), en coopération avec Europol.

Cette unité entre dans le cadre de la création d'un "bouclier numérique européen", un vaste chantier coordonné par le vice-président de la Commission, Margaritis Schinas et le commissaire en charge du Marché intérieur, Thierry Breton.

Les cyberattaques de plus en plus fréquentes

Les cyberattaques sont de plus en plus nombreuses et sophistiquées. Elles peuvent provenir d'entités privées, ou de puissances étrangères comme ce fut probablement le cas de la cyberattaque complexe et de grande ampleur menée en mars dernier contre le SPF Intérieur.

Des puissances telles que la Russie, la Chine et la Corée du Nord sont souvent à la source de ces attaques aux fins d'espionnage ou de déstabilisation, selon le Service européen pour l'action extérieure (SEAE).

Ces attaques peuvent toucher toute l'Europe en période de crise et les aggraver. Au plus fort de la pandémie de coronavirus, l'Agence européenne du médicament (EMA) fut la cible d'une attaque visant des documents relatifs au vaccin de Pfizer/BioNTech.

Une entreprise sur huit

Selon la Commission, une entreprise européenne sur huit a déjà fait l'objet d'une attaque informatique, tandis que deux utilisateurs européens sur cinq en Europe ont déjà expérimenté un problème de sécurité. Fin 2020, le coût annuel de la cybercriminalité pour l'économie mondiale était estimé à 5.500 milliards d'euros, ce qui représente le double par rapport à 2015.

5.500
milliards d'euros
Fin 2020, le coût annuel de la cybercriminalité pour l'économie mondiale était d'environ 5.500 milliards d'euros, soit le double par rapport à 2015.

Mission de coordination

L'unité commune de cybersécurité facilitera la coordination entre les organismes européens et nationaux de cybersécurité, les différentes entités de police, de l'armée et la diplomatie. Elle servira à faire circuler l'information et à renforcer l'efficacité de la réplique en cas d'attaque.

Un tel espace commun n'existe pas encore, ce qui accroît la vulnérabilité de l'Europe et sa réponse aux cyberattaques transfrontalières, constate la Commission européenne dans un document préparatoire. Cette plateforme permettra également la coopération avec le secteur privé, ce qui n'existe pas pour l'instant.

Le projet de créer une telle entité remonte à 2019, mais sa création a pris du temps, les questions de sécurité étant une compétence réservée des gouvernements européens.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés