L'Europe va réévaluer l'heure d'été

©REUTERS

Les eurodéputés ont voté une résolution demandant à la Commission européenne de réévaluer l'intérêt du changement d'heure semestriel.

Le Parlement européen a voté jeudi à une large majorité (384 pour, 153 contre) une résolution demandant à la Commission européenne de réévaluer la directive du 19 janvier 2001 sur le changement d’heure, et, le cas échéant, de proposer sa révision. Une centaines de députés européens ont appuyé cette initiative, en réponse à des initiatives citoyennes réclamant la fin de l'heure d'été. 

Les élus les plus motivés par la suppression du changement d’heure, issus des pays du nord de l’Europe, mettent en avant les effets néfastes pour la santé de cette pratique mise en place après le choc pétrolier. L’un des fers de lance de cette initiative, le député tchèque Pavel Svoboda, nous avait confié la veille que l’issue du vote serait "une surprise". "Plus de cent millions d’Européens, soit 20% de la population, souffrent véritablement de ce double changement d’heure", avait-il dit.

"Plus de cent millions d’Européens, soit 20% de la population souffrent véritablement de ce double changement d’heure."
Pavel Svoboda
Député européen du PPE

L'eurodéputée française Karima Delli (Verts), à l'origine de la résolution, juge le changement d'heure "obsolète".

Selon le Parlement européen, aucune étude n’a démontré à ce jour l’intérêt économique de cette mesure. Par contre, des études indiquent "l’existence d’effets négatifs sur la santé des êtres humains". Aux Pays-Bas, une enquête a montré que 60% de la population souhaitait la fin du changement d'heure.

Le député conservateur Renaud Muselier (PPE, LR) trouve quant à lui cette idée "ridicule""Le Parlement européen doit se saisir des sujets où il a une compétence et cesser ses enfantillages. Il en va de l’image de l’institution", a-t-il dit. 

La France avait été le premier pays à passer à l’heure d’été, en 1976. D’autres États l’avaient suivie en ordre dispersé, jusqu’à ce qu’une directive synchronise l’UE.

La fin du changement d’heure semestriel nécessitera d’abord une analyse en profondeur de la Commission européenne. Les États de l’UE et le Parlement devront ensuite se prononcer sur une éventuelle proposition de révision de la directive.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content