L'Europe veut créer une réserve sanitaire stratégique

Le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, et la commissaire à la Santé, Stella Kyriakides, présentent le vaste programme des réserves sanitaires, EU4Health. ©REUTERS

La Commission européenne propose de créer une réserve de médicaments, d'équipements, de médecins et d'experts pouvant être déployés en cas de crise sanitaire. Un programme de 9,4 milliards d'euros.

La Commission européenne a détaillé ce jeudi son plan EU4Health, une enveloppe de 9,4 milliards d'euros pour répondre aux déficiences en médicaments, équipements et personnel soignant survenues lors de la pandémie de Covid-19.

Manque de masques, traitements inopérants, hôpitaux surchargés... Dès les premiers jours de la crise, d'importantes carences sont apparues en Europe. Les systèmes sanitaires de certains États, comme l'Italie et l'Espagne, ont été vite dépassés. D'autres pays, comme l'Allemagne et la France, ont restreint leurs exportations d'équipements.

"Nous ne voulons plus jamais voir nos travailleurs de la santé être obligés de choisir quel patient recevra le matériel pour le sauver."
Stella Kyriakides
Commissaire européenne à la Santé

L'UE tire aujourd'hui les leçons de la crise en proposant un programme des réserves sanitaires, EU4Health, dans le cadre de son budget à long terme (2021-2027).

"Les appels lancés pendant la crise ont été forts et clairs: nous avons besoin de plus d’Europe dans le domaine de la santé publique, affirme la commissaire à la Santé, Stella Kyriakides. Nous ne voulons plus jamais voir nos travailleurs de la santé être obligés de choisir quel patient recevra le matériel pour le sauver."

Accroître les capacités

"EU4Health" vise à créer des réserves stratégiques de médicaments, d'équipements (désinfectants, tests, masques...), ainsi que des équipes de personnel soignant, de médecins et d'experts pouvant être déployés en cas de crise.

L'objectif est d'accroître les capacités de chaque État européen. Une partie des fonds servira aussi à renforcer les instruments existants, comme les "European Reference networks", des réseaux virtuels de prestataires de soins de santé.

"Nous ne changeons pas les traités, nous en tirons le maximum."
Margaritis Schinas
Vice-président de la Commission européenne

"Cette enveloppe robuste de 9,4 milliards d'euros représente 23 fois le montant consacré actuellement à la santé... 413 millions d'euros, c'était de l'argent de poche", précise le vice-président de la Commission, Margaritis Schinas.

Ce budget pourra aussi être utilisé pour acquérir des vaccins. "Nous aurons la capacité d'acheter un vaccin une fois qu'il sera disponible", ajoute Margaritis Schinas.

Le programme doit encore être approuvé par les 27 États membres. 

Union de la Santé

Il est de plus en plus question d'une Union européenne de la Santé. Le Traité de l'UE n'octroie que très peu de compétences en matière sanitaire aux institutions européennes. Cette carence explique leur faible marge de manoeuvre lors de la crise de covid-19 et le manque de coordination entre États européens. 

Plusieurs pays, dont l'Allemagne, sont en faveur d'une plus grande intégration des politiques sanitaires. L'Union de la Santé nécessitera une modification du Traité, donc une unanimité entre les Vingt-Sept.

La première étape de cette réflexion doit avoir lieu lors de la conférence sur l'avenir de l'Europe."Les leçons tirées de la crise seront la priorité de cette conférence, et la santé la priorité des priorités", résume Margaritis Schinas. 

Censée aboutir à une vaste transformation de l'UE, cette conférence devait débuter en mai. Elle a été reportée en raison de la pandémie, sans autre précision. Les États membres semblent divisés sur la question, tandis que la Commission ne donne aucune échéance précise. Seul le Parlement européen veut hâter la marche.

La chancelière allemande Angela Merkel a récemment suscité un peu d'espoir en déclarant que le processus pourrait aboutir à une modification des traités ce qui, au départ, était exclu.

Pour l'instant, l'Europe devra se contenter de compétences réduites pour affronter les crises sanitaires. "Nous ne changeons pas les traités, nous en tirons le maximum", conclut le vice-président Schinas.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés