Publicité
Publicité

L'Europe veut discuter des décisions de la FED au G20

L'"assouplissement quantitatif" de la Réserve américaine est vu comme une menace pour la reprise dans la zone euro et devrait faire l'objet de discussions "bilatérales ou multilatérales" lors du G20.

L'Europe souhaite discuter lors du prochain sommet du G20 de Séoul les mesures de relance annoncées cette semaine par la Réserve fédérale américaine (Fed), qui ont suscité des critiques dans le monde, a indiqué vendredi un responsable européen sous couvert de l'anonymat.

"La décision d'assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale américaine est une question importante qui devrait être discutée" lors du sommet des grandes puissances industrialisées et émergentes de Séoul, a souligné cette source.

L'Europe sera représentée lors du G20 les 11 et 12 novembre d'une part par les représentants de l'Union européenne, les président de l'UE Herman Van Rompuy et de la Commission José Manuel Barroso, d'autre part par les dirigeants des pays européens membres de ce forum, comme la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne ou encore l'Italie.

"La manière dont cette question doit être discutée reste à définir", de manière bilatérale avec l'administration américaine ou de manière multilatérale au sein du G20, a ajouté le responsable.

Il a fait valoir que les ministres des Finances du G20, lors de leur réunion préparatoire le mois dernier, s'étaient précisément mis d'accord pour "prendre en compte" les risques que des décisions de politique économique ou monétaire prises au niveau national pourraient avoir sur les autres nations.

"Clairement, au bout du compte ceci (la décision de la Fed) pourrait ralentir la reprise en zone euro", via la hausse du taux de change de la monnaie unique, a dit le responsable. "Ceci doit être suivi de très près", a-t-il ajouté.

La banque centrale américaine a décidé cette semaine d'injecter massivement des liquidités en dollars dans le circuit économique, via le rachat d'obligations d'Etat, afin de soutenir la croissance fragile aux Etats-Unis. Une décision connue sous le terme "d'assouplissement quantitatif".

Cette mesure a pour effet de diluer la valeur du billet vert, même si le responsable européen a dit ne pas croire que les Etats-Unis cherchent par ce biais sciemment à faire chuter son taux de change.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés