L'Europe veut mettre des algues dans votre assiette

La Commission veut encourager la recherche d'innovations alimentaires, comme cette ferme à algues chlorella et spiruline de Vaxa, en Islande. ©AFP

L'Europe veut verdir "l'économie bleue", en mettant le turbo sur l'éolien offshore, en s'attaquant aux émissions de la marine et en dopant la production d'algues.

La Commission européenne veut soutenir le développement de l'industrie de la production d'algues. Dans une initiative qu'elle prépare pour l'an prochain, elle entend faciliter l'autorisation d'algues comme nouveaux aliments pouvant être commercialisés en Europe, faciliter leur accès au marché, mais aussi communiquer pour augmenter l'acceptation des aliments à base d'algues par les consommateurs européens. Elle veut aussi intensifier la recherche et innovation sur les aliments à base d'algues.

"Les algues peuvent soulager les pressions environnementales exercées par l'agriculture, l'aquaculture et les pêcheries."
La Commission européenne

Les raisons de cet engouement? "Les algues peuvent soulager les pressions environnementales exercées par l'agriculture, l'aquaculture et les pêcheries" et sont "une opportunité majeure pour le développement du secteur de l'alimentation durable", note la Commission dans une note d'orientation politique. Sans parler du potentiel de l'industrie de l'algue pour la production de carburants non fossiles, ou du fait que produire des algues peut aider à réguler les niveaux de carbone, nitrogène et phosphore dans l'eau.

Dépasser la "croissance bleue"

C'est un des éléments de la "nouvelle approche sur l'économie bleue", présentée lundi par la Commission. Ce plan consacré à l'économie de la mer et de l'océan entend aussi doper la sylviculture durable, ou encore explorer le potentiel des cultures cellulaires de fruits de mer comme nouvelles alternatives alimentaires. Au-delà de l'alimentaire, il cible tous les secteurs liés à la mer, de l'éolien offshore au tourisme côtier en passant par le transport maritime. Ils représentaient l'an dernier 176 milliards d'euros de valeur ajoutée et près de 4,5 millions d'emplois directs. Objectif affiché: "Passer de la 'croissance bleue' à une économie bleue durable."

300
GW
La Commission mise sur une augmentation de la capacité éolienne en mer de 12 GW installés aujourd'hui à 300 en 2050.

La Commission entend ainsi quintupler d'ici 2030 la capacité des éoliennes en mer, qui atteint 12 GW actuellement. Pour 2050, l'objectif est de passer à 300 GW. Le Pacte vert européen prévoit déjà de réduire de 90% les émissions des transports, y compris maritime: les premiers navires zéro émission devraient entrer sur le marché pour 2030, et la Commission envisage "d'aligner" la taxation des carburants pour bateaux avec sa politique climatique.

Pour dépolluer les eaux et rivages - et notamment s'attaquer aux 27.000 tonnes de plastiques qui entrent chaque année dans les eaux européennes -, l'interdiction des principaux plastiques à usage unique devrait faire son effet puisqu'elle vise 70% des déchets retrouvés sur les littoraux. La Commission se prépare à répliquer la formule pour réduire de moitié les déchets du plancher marin d'ici à 2030 et restreindre les microplastiques.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés