Publicité
Publicité

L'Irlande contrainte de jouer cartes sur table

Dublin doit laisser filer son déficit 2010 à 32 % pour sauver la banque Anglo Irish. Un scénario à la grecque n’est toutefois pas à craindre.