edito

"Plus question aujourd'hui de grandes envolées lyriques hors sol: l'Europe se fait stratège"

L'Europe se dote d'une stratégie de déploiement de l'hydrogène propre pour stocker et diffuser les énergies renouvelables. Un objectif au service d'une vision.

La politique belge vous désespère, jetez un œil vers l’Europe pour vous remonter le moral. En attendant la conclusion du débat acharné sur un plan de relance commun de 750 milliards d’euros – de l’ambition! –, la Commission européenne a adopté ce mercredi une stratégie de développement de l’hydrogène propre. Une révolution.

Voilà un plan clair, sur trente ans, de développement d’une filière aujourd’hui embryonnaire et que l’on veut demain à tous les coins de l’Europe pour alimenter ce qu'on ne peut brancher à une prise verte: grâce à l'hydrogène, on produira du méthanol, de l'ammoniac, de l'acier vert, on propulsera sans carbone des avions, bateaux, camions... La stratégie est là, en trois phases, chiffrée en centaines de milliards d'euros: pour l'investisseur, c'est Noël en juillet.

Leadership mondial

Il faut dire que cette Europe apprend de ses erreurs. C’est avec un brin de gêne qu’on se rappelle comment, au passage de l'an 2000, l’Union avait solennellement proclamé vouloir devenir en dix ans "l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique au monde". Un objectif sans vision est voué à l’échec, et pendant que les Européens trompetaient, une révolution industrielle majeure se forgeait aux États-Unis avec le déploiement des Apple, Google, Amazon, Facebook…

Plus question aujourd'hui de grandes envolées lyriques hors sol: l'Europe se fait stratège.

Plus question aujourd'hui de grandes envolées lyriques hors sol: l'Europe se fait stratège. Après s'être fixé des priorités claires, à commencer par celle d'atteindre la neutralité carbone pour 2050, elle ne laisse plus naïvement toutes les cartes entre les mains d'un marché omniscient. Elle organise la coordination des acteurs industriels, assouplit les règles d'aides d'État pour leur faciliter la tâche, et prévoit la mise en place d'une taxe carbone aux frontières pour les protéger de concurrents climatiquement déloyaux.

L'Europe crée les conditions pour aller de l'avant et forger ce chaînon énergétique manquant qu'est l'hydrogène propre. Avec l'ambition de consolider son leadership mondial dans le domaine en créant au passage un million d’emplois. Les Belges, c'est heureux, semblent au rendez-vous: une vingtaine d'entreprises ont déjà introduit des projets. On gage que dans vingt ans, il n’y aura pas de brin de gêne.

Lire également

Messages sponsorisés