L'UE dévoile sa stratégie pour trouver "le plus tôt possible" un vaccin contre le Covid-19

La Commission européenne veut conclure des accords d'achats avancés avec plusieurs entreprises afin d'obtenir le plus rapidement possible un vaccin contre le Covid-19. ©REUTERS

La Commission européenne propose de conclure des contrats d'achats avancés de vaccins contre le Covid-19 avec plusieurs entreprises pharmaceutiques, afin de vacciner la population européenne le plus rapidement possible.

La Commission européenne proposera vendredi aux ministres européens de la Santé de conclure des contrats d'achats avancés de vaccins contre le Covid-19 pour vacciner la population européenne. Cette stratégie consisterait à "passer des accords avec plusieurs entreprises pharmaceutiques afin d'obtenir le plus tôt possible un vaccin qui fonctionne", résume une source européenne.

300
millions de personnes
La stratégie de la Commission européenne a pour objectif de vacciner 300 millions de personnes.

Les contrats porteraient sur l'acquisition de "300 millions à 600 millions de doses", selon qu'il faille une ou deux doses par personne. "L'objectif est de vacciner 300 millions de personnes", dit cette source. Ces doses seraient réparties, entre États, selon leur population."Si nous groupons les demandes des 27 États membres de l'UE, nous représenterons un grand marché qui pourra avoir accès au vaccin dans les meilleures conditions", ajoute-t-elle.

Diversifier les risques

Cette opération devrait permettre de diversifier le risque lié à la recherche et au développement d'un vaccin et d'éviter que les entreprises pharmaceutiques ne mettent en concurrence les États entre eux.  L'exécutif européen conclurait ces contrats d'achats avancés au nom des 27 États membres. Un premier paiement aurait lieu en avance pour partager les risques avec les entreprises et faciliter les achats des matières premières. D'autres paiements auraient lieu par étape et un versement final une fois le vaccin mis au point.

"Si nous groupons les demandes des 27 États membres de l'UE, nous représenterons un grand marché qui pourra avoir accès au vaccin dans les meilleures conditions."
Une source européenne

En échange, le vaccin serait livré en priorité aux États européens tout en restant disponible pour le reste du monde.

La rapidité, premier critère

Les entreprises pharmaceutiques seraient sélectionnées en fonction de plusieurs critères, le premier étant la vitesse. La firme devrait commencer les essais cliniques en 2020. Les autres critères seraient : la capacité à livrer à toute l'Europe, le coût final et la diversification des technologies. Il serait également prévu de déroger temporairement à certaines réglementations, en particulier celle portant sur les études d'incidence des OGM sur l'environnement.

Cette stratégie permettrait un accès très rapide au vaccin, mais elle présente le risque que bon nombre de ces contrats n'aboutissent pas. "Si le vaccin n'est pas un succès, les paiements seront suspendus", dit cette source. Ces contrats avancés sont différents des financements que l'Europe octroie, par ailleurs, aux groupes pharmaceutiques. La Banque européenne d'investissement (BEI) est encore intervenue ce jeudi en octroyant un financement de 100 millions d'euros à l'entreprise allemande BioNTech pour son programme de recherche d'un vaccin.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés