Publicité

L'UE enquête sur le rôle de Gazprom dans la flambée des prix du gaz

Les services européens de la concurrence, dirigés par la commissaire Margrethe Vestager, enquêtent sur le marché du gaz. ©Hans Lucas via AFP

L'UE enquête sur une manipulation éventuelle du marché du gaz par les fournisseurs qui expliquerait la hausse des prix. Gazprom annonce une hausse des livraisons à partir du 8 novembre.

Le géant gazier russe Gazprom utilise-t-il sa position dominante sur le marché européen pour augmenter les prix du gaz en rationnant les livraisons? Pour l'Union européenne (UE), la question mérite d'être posée. La Commission européenne enquête actuellement sur le rôle des principaux fournisseurs gaziers de l'UE dans la flambée des prix du gaz. C'est ce qu'a confirmé la commissaire européenne à l'Énergie Kadri Simson, mardi, lors d'une rencontre des ministres européens de l'Énergie. Sans citer Gazprom, l'exécutif européen vise, avant tout, cette entreprise qui détient 40% du marché européen du gaz.

"La Commission a envoyé des questionnaires à plusieurs acteurs du marché."
Une source européenne

Face à l'augmentation des prix du gaz, la Commission a décidé d'activer la concurrence, son bras armé le plus puissant. Cette compétence exclusive lui permet, entre autres, de sanctionner les entreprises abusant de leur position monopolistique d'une amende allant jusqu'à 10% de leur chiffre d'affaires.

L'enquête lancée par la DG Concurrence vise à déterminer si "un fournisseur actif sur le marché européen" réduit ses livraisons pour faire monter les prix. "À cette fin, la Commission a envoyé des questionnaires à plusieurs acteurs du marché", dit une source européenne.

40%
du marché du gaz
Le géant gazier russe Gazprom représente 40% des livraisons de gaz en Europe, ce qui lui confère une position quasi monopolistique.

"Les règles européennes de la concurrence ne permettent pas d'agir directement sur les prix du gaz. Mais elles peuvent remédier à d'éventuelles distorsions de concurrence de la part des fournisseurs", précise-t-elle. "Ce qui peut contribuer à garantir un approvisionnement fiable et durable en énergie à des prix abordables".

Ce n'est pas la première fois que Gazprom, contrôlée par l'État russe, se trouve dans le collimateur de l'UE. Entre 2012 et 2018, la Commission avait forcé le groupe gazier à revoir sa politique contractuelle dans 8 pays de l'UE. Gazprom avait échappé à une amende en concluant un accord à l'amiable.

Arme géopolitique

Gazprom se défend de toute manipulation du marché, en affirmant qu'elle doit réduire l'approvisionnement pour remplir ses propres réserves nationales. Mais l'annonce de la Commission n'a pas été dénuée d'effet. La firme a annoncé mercredi qu'elle aurait fini cette opération pour le 8 novembre. À partir de cette date, elle devrait accroître ses livraisons à l'UE, a dit son CEO Alexeï Miller.

La Russie est régulièrement accusée d'utiliser ses réserves de gaz et de jouer sur les prix de l'énergie comme arme géopolitique. Dernière affaire en date, la Russie a imposé ce mois-ci à la Moldavie une hausse des prix du gaz de 43%. Certains critiques du Kremlin affirment que cette augmentation est intervenue pour bloquer le rapprochement entre la Moldavie et l'Union européenne.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés