L'UE et Singapour signent un accord de libre-échange

Karel De Gucht, commissaire européen au Commerce (photo Belga) ©BELGA

Après plus de deux années de négociations, l'Union européenne et Singapour concluent un accord de libre-échange qui pourrait entre autres permettre une ouverture accrue du marché singapourien des services financiers et faciliter les exportations automobiles européennes.

L'Union européenne a conclu dimanche, après plus de deux années de négociations, un accord de libre-échange avec Singapour, son 13e plus important partenaire commercial où sont présentes plus de 8.000 sociétés européennes, a indiqué la Commission européenne.

L'accord, qui doit encore être approuvé par les autorités politiques des deux parties, a été conclu après d'ultimes négociations samedi et dimanche à Singapour entre le commissaire européen au Commerce, Karel de Gucht, et le ministre du Commerce de Singapour, Lim Hng Kiang.

Les échanges de biens et services entre l'UE et Singapour s'élèvent à quelque 74 milliards d'euros, selon l'exécutif européen. Ces échanges ont crû de 40% entre 2009 et 2011 et la balance commerciale de l'UE avec ce pays est excédentaire de quelque 8 milliards. L'Union européenne est le deuxième partenaire commercial de Singapour, derrière la Malaisie voisine.

Cet accord de libre-échange est le second entre l'UE et un pays d'Asie après celui avec la Corée du Sud, qui entré en vigueur en juillet 2011. C'est le premier accord de ce type avec un des 10 pays de l'Association des nations d'Asie du sud-est (Asean). Singapour ne compte que cinq millions d'habitants mais affiche l'une des richesses par habitant les plus élevées d'Asie et peut jouer le rôle de tête de pont pour accéder aux 600 millions d'habitants que regroupent les 10 Etats membres de l'Asean.

"Singapour est un marché dynamique pour les sociétés de l'UE et un endroit clé pour faire des affaires avec toute l'Asie du Sud-Est", a déclaré le commissaire De Gucht, cité dans un communiqué.

Selon la Commission, l'accord permettra de nouveaux développements dans de nombreux secteurs des services, notamment la banque, l'assurance et les services financiers en général, ainsi que dans celui des marchés publics. L'accord facilitera également l'accès des produits industriels et agricoles européens sur le marché de Singapour grâce à une meilleure reconnaissance des standards européens.

"A titre d'exemple, Singapour acceptera l'importation des voitures européennes sur la base des standards techniques et de sécurité européens", souligne le texte. Dans le domaine alimentaire, les appellations d'origine contrôlée, comme les vins de Bordeaux ou le jambon de Parme, seront mieux protégés.

L'accord comporte en outre un volet destiné à promouvoir l'économie durable et respectueuse de l'environnement.

Les deux parties espèrent une approbation finale du texte durant le printemps 2013 et continueront en parallèle leurs discussions dans le domaine de l'investissement, qui avaient débuté plus tardivement.

Des négociations pour un accord de libre-échange se poursuivent par ailleurs avec la Malaisie et le Vietnam, tandis que des discussions préliminaires sont en cours avec d'autres pays de l'Asean. Mais un accord "de région à région" entre l'UE et l'Asean reste "l'objectif à long terme", souligne encore la Commission.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés