L'UE garantit son approvisionnement en traitements anti- coronavirus

©EPA

La Commission européenne a conclu des accords avec Roche et Merck pour son approvisionnement en traitements expérimentaux du Covid-19 développés par les entreprises.

Ces accords impliquent le médicament contre l'arthrite RoActemra de Roche et celui contre la sclérose en plaques Rebif de Merck, des traitements potentiels au coronavirus, annonce l'agence Reuters. Ils garantiront l'approvisionnement de l'ensemble des 27 Etats membres de l'UE qui voudraient en acheter.

L'Union européenne avait déjà demandé en mai dernier d'obtenir ces deux médicaments expérimentaux alors que la course au traitement miracle (et au vaccin) fait toujours rage dans le monde entier.

Patients gravement atteints

Concernant le médicament de Roche, le RoActemra, il en est actuellement au stade "avancé" de l'essai clinique sur 330 patients. Il a également été testé en combinaison avec le remdesivir antiviral de Gilead, le seul traitement autorisé jusqu'ici par l'UE contre le Covid-19. Mais un essai réalisé début juin en Italie sur des patients en phase précoce a montré que ce médicament ne les aidait pas contre la maladie.

Rebif a, lui, été développé par la société suisse de biotechnologie Serono avant que Merck ne rachète la société.

Ces deux médicaments potentiels ciblent les protéines de l'organisme associées à l'inflammation au coronavirus. Ils pourraient prémunir ou guérir les patients gravement malades souffrant d'une réaction du système immunitaire grave pouvant conduire à une défaillance d'organe.

Johnson & Johnson et Sanofi

Les sociétés ont déclaré à la Commission qu'elles pouvaient répondre à la demande des pays de l'UE, tout en refusant de nommer les États intéressés par ces médicaments. Les Etats membres devront maintenant se mettre d'accord avec les entreprises sur les fournitures nécessaires, a ajouté la source à Reuters.

Bruxelles est par ailleurs en discussion avec Gilead afin d'obtenir des doses de remdesivir pour les États membres et augmenter sa capacité de production. Elle souhaite également réserver des stocks de vaccins (toujours en cours de développement) de l'entreprise française Sanofi et de l'américaine Johnson & Johnson. Cette dernière a accéléré le mois dernier le lancement de son essai clinique, de septembre à juillet. Cette première étude clinique sur l'homme se déroulera aux USA et en Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés