L'UE injecte quatre milliards contre le cancer

La Commission européenne de la présidente Ursula von der Leyen a présenté, ce mercredi, le nouveau plan de l'Union pour endiguer le cancer. ©REUTERS

La Commission consacre quatre milliards d'euros au plan européen de lutte contre le cancer. Celui-ci mise sur la prévention, le dépistage précoce, le traitement et l'amélioration de la qualité de vie des patients.

À la veille de la Journée mondiale de lutte contre le cancer, la Commission Von der Leyen détaille le nouveau plan européen pour endiguer la maladie. "En pleine pandémie de Covid-19, nous ne devons pas oublier une maladie qui tue chaque année 1,3 million d’Européens", a déclaré l'eurodéputé et président de la commission spéciale Bartosz Arlukowicz (PPE).

Quatre milliards d'euros seront consacrés à ce plan qui s'articule autour de plusieurs grands piliers. D'abord, la prévention à travers des campagnes pour réduire la consommation de tabac et d'alcool, et promouvoir une alimentation saine et l'activité physique. Ensuite, le plan encourage les dépistages précoces et accorde une attention particulière à l'accès aux diagnostics et aux traitements pour tous. Enfin, l'exécutif européen met l'accent sur l'amélioration des conditions de vie des patients avec des programmes de réinsertion sociale et professionnelle.

"Les patients d’Europe de l’Est ont 30% de chance en moins de se rétablir que ceux d’Europe de l’Ouest."
Cindy Franssen
Eurodéputée (PPE)

L'absence du volet environnemental est pointée du doigt. L’eurodéputée belge Marie Arena (S&D) explique que "l’objectif d’un environnement non-toxique contribue à minimiser l’exposition de tous les citoyens à ces substances et ainsi prévenir un nombre significatif de cancer".

Inégalités intra-européennes

L’UE compte 10% de la population mondiale, mais abrite un quart des cas de cancers. Un constat d’autant plus préoccupant que d’importantes disparités existent entre les États membres. "Les patients d’Europe de l’Est ont 30% de chance en moins de se rétablir que ceux d’Europe de l’Ouest", avance l’eurodéputée Cindy Franssen (PPE). Le plan ambitionne donc de réduire les inégalités intra-européennes dans la lutte contre le cancer.

40%
En Belgique, en 50 ans, le taux de survie à cinq ans après un diagnostic de cancer a connu une hausse de 40%, à près de 70%.

Ces dernières décennies, la recherche contre le cancer a permis des avancées considérables. En Belgique, en 50 ans, le taux de survie à cinq ans après un diagnostic a connu une hausse de 40% à près de 70%. La maladie continue tout de même d'augmenter. La Commission estime donc nécessaire l'élaboration d'un tel plan qui entend s'emparer des nouvelles technologies avec la création d'un centre de connaissance européen pour permettre un échange de savoir et de données entre les Vingt-Sept.

Les efforts pour enrayer la pandémie actuelle ont provoqué un ralentissement des diagnostics de cancer et "a eu de graves impacts sur le parcours thérapeutique des patients atteints de cancers", reconnaît Stella Kyriakides, la commissaire en charge du plan. La Commission promet d’en tirer les leçons afin d’être en position d’affronter une éventuelle prochaine épidémie sans conséquence sur la lutte contre le cancer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés