Publicité

L'UE recommande "de toute urgence" la troisième dose pour adultes

Les autorités sanitaires européennes plaident pour l'administration d'une troisième dose pour éviter des reconfinements. ©AFP

L'UE veut inciter les gouvernements européens à passer à la troisième dose de vaccin pour la population adulte. Pour les agences sanitaires européennes, il y a urgence.

Face à la reprise de la pandémie de Covid-19, la Commission européenne doit annoncer, ce jeudi, des nouvelles recommandations sur les mesures à prendre par les 27 États membres de l’UE. Ces recommandations ne sont pas obligatoires, la politique de santé publique étant une compétence nationale. Mais depuis le début de la pandémie, la Commission s’évertue à coordonner les principales mesures sanitaires, comme la vaccination et le certificat numérique ou covid pass aujourd’hui généralisé dans l’UE.

"Nous recommandons aux Etats membres d'envisager la troisième dose à partir de 40 ans et de toute urgence."
Andrea Ammon
Directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC)

Selon nos informations, l’exécutif européen devrait proposer des nouveaux aménagements à la libre circulation, basés davantage sur la présentation du certificat sanitaire, plutôt que sur le pays d’origine. La Commission devrait aussi inciter les gouvernements à passer à la troisième dose de vaccin, en prévoyant, entre autres, de reprendre cette information dans les certificats sanitaires.

L’idée ne sera pas d’obliger les personnes à se vacciner, mais de faire pression sur les non-vaccinés par l’utilisation du certificat sanitaire numérique, la vaccination étant plus pratique qu’une multiplication de tests PCR au fur et à mesure des voyages.

Troisième dose

En attendant l’annonce de ces mesures, les autorités médicales européennes ont plaidé mercredi pour l’injection d’une troisième dose de vaccin à toutes les personnes adultes (plus de 18 ans) et en priorité aux plus de 40 ans.

40
L'ECDC recommande de l'injection d'une troisième dose de vaccin à tous les adultes, et en priorité aux plus de 40 ans.

"Nous recommandons aux États membres d'envisager la troisième dose à partir de 40 ans et de toute urgence au plus tôt six mois après la dernière injection", a déclaré Andrea Ammon, directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), l'agence de santé publique de l'UE.

L'ECDC constate une augmentation des cas d'hospitalisation et de décès. Mais "le nombre de décès par rapport aux cas d'infections est plus faible que par le passé, ce qui témoigne de l'efficacité du vaccin", a-t-elle ajouté. Le taux actuel de vaccination en Europe (76%) est "encore insuffisant" pour juguler la pandémie.

Les directives de l’ECDC ne sont pas obligatoires pour les États membres, mais elles sont largement utilisées par ceux-ci pour prendre leurs décisions. "Il est temps de rappeler les adultes qui ont été vaccinés il y a six mois", a insisté Marco Cavaleri, responsable de la stratégie sur les vaccins à l'Agence européenne des médicaments (EMA).

"Ces 15 derniers jours, nous avons constaté que la troisième dose est efficace dans les pays qui ont commencé les rappels."
Andrea Ammon
Directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC)

L'ECDC base sa recommandation sur les données communiquées par quatre États européens (Luxembourg, Irlande, Estonie et Slovaquie). "Ces 15 derniers jours, nous avons constaté que la troisième dose est efficace dans les pays qui ont commencé les rappels", a précisé Andrea Ammon. "La troisième dose renforce l'efficacité du vaccin et réduit la transmission du virus". La durée de l'effet de la dose de rappel reste, toutefois, une inconnue.

Mesures non pharmaceutiques

L'ECDC recommande aussi d'accélérer la vaccination pour combler le fossé vaccinal entre États européens et d'accroître les mesures non pharmaceutiques comme le port du masque, l'hygiène des mains et le télétravail. "Les mesures non pharmaceutiques doivent commencer au plus vite si on veut éviter des nouveaux confinements", a précisé Andrea Ammon. "Il reste encore un peu de temps, mais si cela ne suffit pas, d'autres mesures devront être appliquées à Noël".

L'ECDC ne plaide pas en faveur de la vaccination obligatoire. "Ce n'est pas la baguette magique. Cela peut aider, comme cela peut polariser les plus opposés au vaccin", a-t-elle estimé.

Le résumé

  • La Commission européenne doit annoncer jeudi une nouvelle série de recommandations aux 27 Etats européens pour faire face à la cinquième vague de covid.
  • Pas de nouveau confinement en vue ni de vaccination obligatoire, mais une pression exercée sur les non-vaccinés via le certificat sanitaire.
  • L'agence de santé publique européenne (ECDC) a recommandé mercredi aux États membres de passer "de toute urgence" à la troisième dose.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés