Publicité

L'UE veut se doter d'une force de réaction rapide

L'Union européenne veut être capable de projeter une force de 5.000 hommes comparable aux forces américaines qui ont sécurisé l'aéroport de Kaboul lors de l'évacuation des civils et des derniers militaires (photo). ©Photo News

La crise afghane relance le projet de création d'une force de réaction rapide européenne de 5.000 soldats. Les ministres européens de la Défense discuteront de cette proposition jeudi en Slovénie.

La sécurisation de l'aéroport de Kaboul lors de l'évacuation des civils, prise en charge par l'armée américaine a, une nouvelle fois, illustré l'incapacité de l'Union européenne à lancer des opérations militaires en période de crise sans dépendre des États-Unis. La Commission européenne et plusieurs États européens veulent en tirer les leçons et créer une force de réaction rapide européenne. La question sera au cœur d'une rencontre des ministres européens de la Défense, ce jeudi en Slovénie, le pays qui occupe la présidence tournante de l'UE.

"En tant qu'Européens, nous n'avons pas été capables d'envoyer 6.000 soldats pour sécuriser la zone de l'aéroport de Kaboul. Les États-Unis l'ont été, mais pas nous."
Josep Borrell
Haut représentant de l'UE aux Affaires étrangères

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a annoncé la couleur lundi, lors d'une interview au Corriere della Sera. "Nous devons tirer des leçons de cette expérience (...) en tant qu'Européens, nous n'avons pas été capables d'envoyer 6.000 soldats pour sécuriser la zone de l'aéroport de Kaboul. Les États-Unis l'ont été, mais pas nous", a-t-il dit.

Josep Borrell plaidera lors du conseil des ministres en faveur de la création d'une force de réaction rapide de 5.000 hommes ("force de première entrée"). Cette proposition n'est pas neuve, elle fait partie d'un cadre plus large, la "boussole stratégique", un processus lancé en 2020 sous l'impulsion de l'Allemagne et la France pour définir les grandes orientations de sécurité et de défense de l'UE. Cette stratégie est divisée en quatre domaines: la gestion de crise, la résilience, les capacités et les partenariats.

"Un réel besoin"

"Vu ce qui s'est passé en Afghanistan, il y a un réel besoin d'une telle force", confie un diplomate européen.

"Cette 'force de première entrée' sera composée de troupes provenant de plusieurs États européens s'entraînant ensemble et capables d'être projetées rapidement sur le terrain selon les besoins."
Un diplomate européen

"Cette 'force de première entrée' sera composée de troupes provenant de plusieurs États européens s'entraînant ensemble et capables d'être projetées rapidement sur le terrain selon les besoins", précise-t-il.

"La sécurisation de l'aéroport de Kaboul a nécessité la mobilisation de 6.000 soldats américains. L'opération française Barkhane au Sahel compte 5.000 hommes. C'est un nombre qui peut faire la différence dans plusieurs situations", poursuit le diplomate.

5.000
soldats européens
La force de réaction rapide serait composée de 5.000 soldats, un effectif comparable aux forces américaines qui ont sécurisé l'aéroport de Kaboul ou à la mission française Barkhane au Sahel.

Les ministres de la Défense ne prendront aucune décision en Slovénie, cette rencontre étant informelle. "Il faut être patient", précise le diplomate. "Les ministres en reparleront en novembre, puis le document sera soumis aux dirigeants européens lors d'un sommet en mars."

L'approbation finale de la "boussole stratégique" devrait avoir lieu en mars 2022, lors de la présidence française de l'UE, quelques semaines avant l'élection présidentielle.

Des obstacles demeurent

Cette force de réaction rapide a été longtemps bloquée par le Royaume-Uni, peu enclin à laisser se développer une armée européenne sous quelque forme que ce soit. Le Brexit devrait faciliter les débats. La Commission européenne compte profiter de cette nouvelle configuration pour créer une telle force. Mais des obstacles demeurent, comme l'absence d'une culture commune de défense entre les Vingt-Sept. Certains États, comme les pays baltes, ont peur de s'éloigner de l'OTAN et de leur puissant allié, les États-Unis.

La France est prête à aller de l'avant avec un groupe d'États "volontaristes", tandis qu'une coopération minimale s'organiserait entre les autres pays européens.

Cette force de réaction rapide ne doit pas être confondue avec l'Eurocorps, un dispositif capable de mobiliser 60.000 soldats, créé en 1992 à l'initiative du président français François Mitterrand et le chancelier allemand Helmuth Kohl. Le dispositif compte un effectif de base d'environ 1.000 militaires issus de 5 pays européens.

Le résumé

  • Les ministres de la Défense de l'UE discuteront jeudi de la création d'une force de réaction rapide européenne de 5.000 soldats, capable d'être projetée partout dans le monde selon les besoins. La proposition fait partie de la "boussole stratégique", un document qui fixera les priorités de sécurité et de défense de l'UE d'ici 2030.
  • L'idée est relancée par la crise en Afghanistan et le nouveau constat de l'incapacité des Européens d'engager des forces sur le terrain en cas de crise.
  • La "boussole stratégique" doit être adoptée en mars 2020, sous présidence française de l'UE.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés