L'unité européenne sur la vaccination se lézarde

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a reçu fin février une injection du vaccin chinois de Sinopharm. ©BELGA

Des États membres cherchent des solutions hors de l'Union. L'Autriche et le Danemark s'allient à Israël, tandis qu'à l'Est, on lorgne les vaccins russe et chinois.

L'Union européenne a beau avoir constitué un portefeuille de 2,3 milliards de doses de vaccins contre le Covid-19, à peine 7,5% de sa population a été vaccinée à ce jour. C'est nettement moins qu'aux États-Unis (21,3%), au Royaume-Uni (30%) et en Israël (55%). Quant à la Belgique (7%), elle reste sous la moyenne européenne.

Conséquence, au moins huit États de l'UE ont décidé de tenter leur chance avec d'autres partenaires afin d'accélérer leur campagne de vaccination: l'Autriche, la Croatie, le Danemark, l'Espagne, la Hongrie, la Pologne, la Tchéquie et la Slovaquie.

"C'est toujours bon d'apprendre des bonnes pratiques d'autres pays et d'explorer les possibilités de coopération."
Stefan de Keersmaecke
Porte-parole de la Commission européenne

La plupart de ces pays sont ouverts au vaccin russe Sputnik V, ou lorgnent ceux des chinois Sinopharm et Sinovac, alors que l'Agence européenne des médicaments (EMA) ne les a pas encore approuvés.

L'Autriche et le Danemark s'allient à Israël

Le Chancelier autrichien Sebastian Kurz et la Première ministre danoise Mette Frederiksen se rendront en Israël ce jeudi pour discuter avec le Premier ministre Benyamin Netanyahou d'une alliance pour la recherche et la production de vaccin contre les variants du Covid-19. L'annonce de cette nouvelle est venue d’Israël.

53
pays
La Chine a annoncé qu'elle livrerait 53 pays gratuitement, à l'heure où l'UE n'a toujours pas déployé sa stratégie de soutien au reste du monde.

L'Autriche et le Danemark "ne veulent plus être uniquement dépendants de l'Union européenne pour la vaccination", a indiqué le chancelier Kurz. Les deux dirigeants comptent tirer profit du modèle israélien de vaccination, un pays où près de la moitié de la population a reçu une double dose de vaccin.

La Commission européenne a botté en touche après cette annonce, considérant que l'initiative n'allait pas à l'encontre de la stratégie européenne. "C'est toujours bon d'apprendre des bonnes pratiques d'autres pays et d'explorer les possibilités de coopération", a répliqué mardi Stefan de Keersmaecker, un porte-parole de l'exécutif européen.

Géopolitique du vaccin

À grand renfort de propagande, la Russie et la Chine se sont lancées dans une impressionnante campagne d'exportation de leurs vaccins, alors que le taux de vaccination de leur propre population stagne à 3%.

2 millions
de doses
La Slovaquie a acheté deux millions de doses de Sputnik V. Son Premier ministre affirme que cela lui permettra d'accélérer sa campagne de vaccination de 40%.

Cette géopolitique du vaccin leur permet de gagner de l'influence dans un monde tétanisé par la pandémie. La Turquie, la Serbie et le Maroc ont atteint des niveaux plus élevés que la moyenne européenne grâce aux vaccins chinois. La Chine, soucieuse d'asseoir sa présence dans les pays les plus pauvres, a annoncé qu'elle livrerait 53 pays gratuitement, à l'heure où l'UE n'a toujours pas déployé sa stratégie de soutien au reste du monde.

Commandes en ordre dispersé

Au sein de l'UE, deux pays, la Pologne et la Hongrie, sont intéressés par l'achat du vaccin chinois. Dimanche dernier, le Premier ministre Viktor Orban postait sur Facebook une photo de lui se faisant administrer le produit de Sinopharm.

Six États européens se tournent vers le vaccin russe Sputnik V, jugé efficace à 92% et dont Moscou est très fier. La Hongrie a été le premier pays de l'Union à l'homologuer, Viktor Orban n'hésitant jamais à se montrer proche de Moscou pour marquer son indépendance dans la famille européenne.

La Slovaquie a acheté deux millions de doses de Sputnik V, son Premier ministre affirmant que cela lui permettra d'accélérer sa campagne de vaccination de 40%. Cette décision a créé des tensions dans la coalition gouvernementale. La République tchèque et la Croatie ont également signifié leur intention d'acheter le vaccin russe.

Début février, l'Autriche s'était montrée intéressé par le Sputnik V. Sebastian Kurz mène depuis lors des discussions sur ce sujet avec le Président russe Vladimir Poutine. L'Espagne s'est aussi montrée intéressée par ce vaccin.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés