La Banque d'Angleterre prête à de nouvelles injections de liquidités

Les marchés se demandent si la Banque d'Angleterre va relancer son programme de rachat d'actifs.© Bloomberg.

Il ne s'agit plus de savoir si la BoE va le faire, mais quand elle va le faire. Ce sera peut-être dès octobre que la Banque d'Angleterre injectera davantage de fonds dans une économie britannique fort morose.

La Banque d'Angleterre est prête à injecter davantage de fonds dans une économie britannique qui patine, peut-être dès octobre, montre le compte rendu de sa réunion de politique monétaire des 7 et 8 septembre.

Ce dernier indique aussi que la plupart des membres du Comité de politique monétaire estimaient que les événements du mois écoulé plaidaient pour un retour "immédiat" à la politique d'assouplissement quantitatif.

Si cette pensée était suivie d'effet, ce serait une bonne nouvelle pour un gouvernement britannique qui a dû composer ce mercredi avec une statistique montrant les emprunts nets du secteur public à un plus haut record en août.

Les taux d'intérêt n'ayant jamais été aussi bas, les marchés se demandent si la Banque d'Angleterre va relancer son programme de rachat d'actifs auquel elle a déjà consacré 200 milliards de livres sur la période 2009-2010, principalement en achetant des gilts (emprunts d'Etat).

Pour les économistes, il ne s'agit plus de savoir si la BoE va agir mais quand elle va le faire. "Les minutes de la réunion de septembre sont nettement plus accommodantes, ouvrant toute grande la porte à un nouvel assouplissement quantitatif par la Banque d'Angleterre, et sans doute dans un délai relativement bref", dit Howard Archer (IHS Global Insight).

"A moins une amélioration marquée de l'économie dans les semaines qui viennent (ce qu'on peut difficilement imaginer), nous pensons que le Comité approuvera une rallonge de 50 milliards de livres d'assouplissement quantitatif au quatrième trimestre", ajoute-t-il. "Une décision dès octobre est tout à fait envisageable mais nous pensons que novembre est plus probable".

Lors de cette réunion, Adam Posen est resté cependant le seul à voter une nouvelle enveloppe de 50 milliards de sterling pour l'achat d'actifs. Le BoE a voté le statu quo monétaire, avec un taux d'intervention restant à 0,5%, à l'unanimité de ses neuf voix lors de cette réunion.

"Pour la plupart des membres, la décision de se lancer ou pas dans un nouvel assouplissement monétaire lors de cette réunion a été mûrement pondérée puisque la faiblesse et les tensions du mois dernier plaidaient nettement en faveur d'une reprise immédiate des achats d'actifs", lit-on dans le compte rendu.

"Pour certains membres, une poursuite des conditions observées durant le mois écoulé était sans doute suffisante pour justifier une expansion du programme d'achats d'actifs lors d'une réunion à venir".

Depuis la réunion de septembre, un flot de mauvaises nouvelles économiques, la crise persistante de la dette dans la zone euro et une montée des tensions dans les marchés financiers font craindre une rechute de la Grande-Bretagne dans la récession.

Le Fonds monétaire international a réduit sa prévision de croissance pour la Grande-Bretagne à 1,1% en 2011 et 1,6% en 2012.

Les membres du comité de politique monétaire ont également évoqué d'autres possibilités d'assouplissement monétaire si nécessaire, comme abaisser le taux d'intervention en deçà de 0,5% ou modifier les maturités du portefeuille d'actifs de l'Asset Purchase Facility. 

Toutefois, aucune de ces options ne paraît préférable à l'achat pur et simple d'actifs pour le moment.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés