Notre-Dame de Paris: une partie de la voûte s'est effondrée dans la nef centrale

©Photo News

L'incendie qui s'est déclaré lundi soir et a ravagé une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris est désormais éteint. La piste de l'accident est privilégiée. Emmanuel Macron a promis de "rebâtir" ce symbole de la France. Les familles Pinault et Arnault débloquent des millions en vue de la reconstruction.

Un violent incendie a touché la cathédrale Notre-Dame de Paris ce lundi soir, "potentiellement lié" aux travaux de rénovation de l'édifice. Selon le bureau du procureur de Paris, une enquête pour "destruction involontaire par incendie" a été ouverte par le parquet de Paris. 

©Photo News
©Photo News
©AFP
©Photo News

Le feu a pris dans les combles de la cathédrale pour ensuite détruire l'ensemble de la charpente. La flèche, véritable symbole de l'édifice culminant à 93 mètres de haut, s'est effondrée sur elle-même une heure après le début de l'incendie. 

Gabriel Plus, le porte-parole de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, a expliqué que le "violent feu" s'était "propagé très rapidement sur l'ensemble de la toiture" sur "1.000 mètres carrés environ". "Il s'agissait pour les pompiers de Paris jusqu'à ce matin de préserver les deux beffrois, Nord et Sud, pour être sûrs que les tours ne soient pas touchées. C'est le cas." Il s'agit à présent de surveiller les structures, leur mouvement et d'"éteindre les foyers résiduels", a-t-il encore expliqué. Il a par ailleurs indiqué qu'"une partie de la voûte [s'était] effondrée dans la nef centrale" et que 100 soldats du pompiers "sont encore engagés et le resteront toute la journée".

La grande rosace en vitraux de la façade sud, côté Seine, est intacte. "Des vitraux explosés", "un trou au-dessus du chœur" créé par la flèche qui chutait: Philippe Marsset, le vicaire général de l'archidiocèse de Paris, était parmi les premiers à entrer dans la cathédrale après l'incendie, et évoque l'impression "d'un bombardement" à l'intérieur de ce bâtiment historique qui attire chaque année des millions de visiteurs. 

Les images de l'incendie

Le feu semble être parti d'échafaudages installés sur le toit de l'édifice, construite entre le XIIe et le XIVe siècle, selon les pompiers. "Tout est en train de brûler. La charpente, qui date du XIXe siècle d'un côté et du XIIIe de l'autre, il n'en restera plus rien", indiquait hier soir André Finot, le porte-parole de Notre-Dame. Selon lui, le feu s'est déclaré aux alentours de 18h50. Ce mardi matin, le procureur de la République de Paris a indiqué ue la piste accidentelle était privilégiée, assurant que "rien (n'allait) dans le sens d'un acte volontaire".

©Photo News

Le monument était en réfection, un de ses flancs étant en particulier couvert d'échafaudages. Quelque 400 pompiers ont été mobilisés, de même que des hélicoptères et deux vedettes chargées d'alimenter les engins avec l'eau de la Seine. Un pompier a été grièvement blessé, selon un porte-parole.

Rebâtir Notre-Dame

©AFP

Une des priorités, outre celle de préserver le bâtiment, était de sauver le plus d'oeuvres d'art possible. Une partie de ces oeuvres ont été extraites de l'édifice. Seize statues avaient été retirées de la flèche le 11 avril pour être restaurées.

La couronne d'épines et la tunique de Saint-Louis, deux objets extrêmement importants pour les catholiques, ont également été "sauvés", a indiqué Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale. La couronne d'épine est, selon la croyance des catholiques, celle que les soldats romains auraient posé sur la tête de Jésus pour se moquer de lui peu avant sa crucifixion.

La Fondation du Patrimoine lance ce mardi une "collecte nationale" pour la reconstruction du bâtiment. "Cette collecte sera accessible le mardi 16 avril à partir de midi sur le site www.fondation-patrimoine.org" a précisé la fondation.

Les familles Pinault et Arnault débloquent des millions

Les propositions de dons en vue de la reconstruction affluent déjà.

• La société d'investissement de la famille Pinault, Artemis, va débloquer 100 millions d'euros pour participer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, a annoncé son président François-Henri Pinault."Cette tragédie frappe tous les Français et bien au delà tous ceux qui sont attachés aux valeurs spirituelles. Face à un tel drame, chacun souhaite redonner vie au plus vite à ce joyau de notre patrimoine", écrit le président de la holding familiale et du groupe de luxe Kering.

• LVMH et la famille Arnault annoncent, eux, un "don de 200 millions d'euros". 

• La mairie de Paris débloque pour sa part 50 millions d'euros.

• La présidente de la Ligue de football professionnel a promis que le football français allait "se mobiliser pour pouvoir aider financièrement à la reconstruction".

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect