La Chine s'attaque au vin européen

Reuters ©REUTERS

L'Union européenne va imposer des droits de douane sur les panneaux solaires importés de Chine. En guise de riposte, Pékin lance une enquête sur les vins européens...

La Chine vient d'annoncer qu'elle va lancer une enquête antidumping sur les vins importés de l'Union européenne, au lendemain de la décision de la Commission européenne d'instaurer des taxes provisoires sur le solaire chinois.

"Le gouvernement chinois a lancé une procédure antidumping et anti-subventions visant les vins de l'Union européenne", a indiqué dans un communiqué le ministère chinois du Commerce. Quelques heures plus tôt, l'agence de presse officielle Chine nouvelle avait prévenu que les taxes "punitives" annoncées par l'Union européenne n'étaient "pas susceptibles d'inciter à une réponse amicale de la Chine". La décision de la Commission européenne risque de faire "dérailler" les relations commerciales entre la Chine et l'Union européenne, a même mis en garde l'agence d'Etat.yy

Le montant annuel des exportations de vins et spiritueux européens vers la Chine dépasse 1 milliard d'euros. Le premier exportateur européen vers la Chine est la France, avec 140 millions de litres de vin vendus en 2012, pour un montant de 788 millions de dollars, selon les douanes chinoises.

Pourquoi cette enquête antidumping? La Commission européenne a annoncé mardi l'instauration de taxes provisoires sur le solaire chinois, malgré les réticences de plusieurs Etats de l'UE et les craintes de représailles commerciales de Pékin. Pékin a déjà par le passé pris des mesures visant des produits européens en réplique à des décisions européennes d'enquêtes ou de taxes visant des sociétés ou des produits chinois.

"La Chine s'oppose vigoureusement aux pressions exercées par l'Europe par le biais de ses taxes injustes visant les produits photovoltaïques chinois"
, a affirmé mercredi Shen Danyang, porte-parole du ministère chinois du Commerce. "La Chine n'est pas disposée à voir les relations générales entre la Chine et l'Europe se dégrader à cause des frictions commerciales sur le photovoltaïque", a ajouté le ministère.

Le 10 mai dernier, la Chine avait annoncé lancer une enquête antidumping sur les tubes sans soudure importés de l'Union européenne, du Japon et des USA, au surlendemain d'une première proposition de la Commission européenne de lourdement taxer les importations de panneaux solaires chinois.

La taxe européenne sur le solaire chinois

Mardi, la Commission européenne s'est lancée dans un bras de fer avec la Chine dans le secteur du solaire, malgré les réticences de plusieurs Etats de l'UE et les menaces de représailles commerciales de Pékin. Un camouflet pour la Chancelière allemande Angela Merkel, qui est opposée à ces sanctions.

L'Union européenne va imposer des droits de douane sur les panneaux solaires importés de Chine, a annoncé mardi le commissaire au Commerce Karel De Gucht, confirmant la volonté de Bruxelles de mettre à exécution sa menace de sanctions contre les fabricants chinois qu'elle soupçonne de dumping.

 Les droits de douane seront fixés à 11,8% dès jeudi mais ils pourront être portés à 47,6% en moyenne le 6 août si aucun accord n'est conclu d'ici-là avec Pékin, a précisé Karel De Gucht. "Il est clair que si la Chine n'apporte pas de solution d'ici le 6 août, des taxes plus élevées seront appliquées", a-t-il insisté. "Ce n'est pas une mesure protectionniste", a assuré De Gucht, justifiant l'instauration de ces taxes en expliquant qu'il s'agissait d'une "mesure d'urgence pour donner un ballon d'oxygène à un secteur qui souffre" des pratiques de dumping de Pékin.

• Que veut la Commission européenne? En prenant cette mesure controversée, la Commission veut protéger l'industrie photovoltaïque européenne, dont la survie est menacée par les pratiques de dumping des industriels chinois. Environ 30.000 emplois sont en jeu, selon des chiffres avancés par la Commission.

Plusieurs firmes allemandes (Q-Cells et Solarhybrid) et françaises (Solar France) ont déjà mis la clé sous la porte ou ont été reprises comme la française Photowatts par EDF. Or, le solaire est présenté comme étant l'un des piliers de l'industrie verte créatrice d'emplois dans l'UE.

Alerté par un groupement d'entreprises européennes, la Commission a ouvert une enquête sur les pratiques chinoises, qui doit prendre fin en décembre. Mais sans attendre le résultat, elle a souhaité adopter des mesures d'urgence en sanctionnant la Chine via l'instauration de ces taxes.

• Riposte de Pékin Pékin avait avant l'annonce de son enquête sur les vins européens, lancé deux procédures antidumping contre des entreprises européennes et américaines. La dernière en date concerne les importations de perchloréthylène, un produit utilisé comme solvant pour le nettoyage à sec.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés