Publicité

La Commission demande aux Etats européens de mieux protéger les journalistes

La commissaire européenne à la Justice, Vera Jourova, veut une protection accrue des journalistes. ©EPA

Face aux attaques croissantes contre les médias, la Commission européenne demande aux 27 Etats européens de prendre des dispositions pour accroître la protection des journalistes et les poursuites contre les actes d'agression.

Depuis quelques années, les journalistes européens sont la cible d'attaques de plus en plus fréquentes. Qu'il s'agisse d'assassinats liés à des enquêtes en cours, comme celui du spécialiste des affaires criminelles, Peter R. de Vries, en juillet dernier; de la Maltaise Daphne Caruana Galizia en 2017 et du Slovaque Jan Kuciak en 2018. D'actes terroristes, comme le meurtre de 12 personnes dans la rédaction de Charlie Hebdo à Paris en 2015. Ou de pressions quotidiennes exercées sur les réseaux sociaux ou lors de manifestations, comme ce fut le cas au plus fort de la pandémie de coronavirus.

"Nous demandons aux Etats membres d'agir, nous demandons une série de mesures complètes."
Vera Jourova
Commissaire européenne à la Justice

Pour inverser cette tendance, la Commission européenne a demandé ce jeudi aux États membres d'accroître la sécurité des journalistes, à la fois en ligne et hors ligne, et de mieux les protéger. C'est la première fois que l'exécutif européen adopte une telle recommandation.

"Nous demandons aux Etats membres d'agir, nous demandons une série de mesures complètes", a déclaré Vera Jourova, la commissaire en charge de la Justice. "La pandémie a montré plus que jamais le rôle clé des journalistes pour que nous soyons informés et l'urgence, pour les pouvoirs publics, de prendre davantage de mesures pour les protéger."

900
Journalistes
En 2020, plus de 900 journalistes ont été l'objet d'une agression en Europe, selon la Commission européenne.

En 2020, plus de 900 journalistes ont été l'objet d'une agression en Europe, lit-on dans une recommandation adoptée jeudi par la Commission. "Près d'un incident sur trois se produit lors de manifestations: c'est dans ce contexte que les journalistes ont été le plus fréquemment agressés en 2020", a ajouté Vera Jourova.

La Commission demande aussi aux États membres de mieux protéger les femmes journalistes, qui sont particulièrement visées par des attaques en ligne. "73 % des femmes journalistes ont déclaré avoir subi des violences en ligne dans l'exercice de leur activité professionnelle", a déploré la commissaire tchèque.

Cet appel est formulé dans une recommandation, un acte législatif non-contraignant. Par ailleurs, la poursuite des actes contre les journalistes relève des parquets nationaux.

Pour garantir une réelle protection des médias, à laquelle les États membres seraient tenus, l'Union européenne devrait adopter des législations contraignantes. Mais certaines capitales bloquent le processus.

Les États européens problématiques

"Il est inacceptable que la violence émane de la bouche ou du compte Twitter des politiciens."
Vera Jourova
Commissaire européenne à la Justice

Certains États européens, comme la Slovénie, la Pologne et la Hongrie, ne garantissent pas une protection suffisante des médias ou exercent des pressions contre eux, constate la Commission dans son dernier rapport sur l'État de droit. Certains politiciens se livrent eux-mêmes à des agressions verbales ou sur les réseaux sociaux, comme le Premier ministre slovène Janez Jansa, lorsqu'il traite de "prostituée" sur Twitter la journaliste d’investigation Evgenija Carl.

"Il est inacceptable que la violence émane de la bouche ou du compte Twitter des politiciens", a dit Vera Jourova. "Nous exercerons une pression constante contre les États membres que nous jugeons problématique", a-t-elle précisé, "Malte et la Slovaquie peuvent vous dire à quel point leur réputation sur la scène internationale a été endommagée" lors des assassinats de journalistes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés