Publicité
Publicité

La Commission européenne mouche Matteo Salvini

©REUTERS

Sans répondre aux insultes de Matteo Salvini à l'encontre de Jean-Claude Jucnker, la Commission européenne lui a rappelé ce mardi les bénéfices retirés par l'Italie de quatre années de Commission Juncker.

Matteo Salvini, le vice-Premier et ministre de l’Intérieur italien, est en guerre avec la Commission européenne sur les questions migratoires et sur le budget - incertain - de son pays. Le leader d’extrême droite, pris de court, déplace volontiers le débat sur le terrain de l’insulte.

"Les ennemis de l’Europe sont ceux retranchés dans le bunker de Bruxelles, les Juncker, les Moscovici"
Matteo Salvini
Ministre italien de l'Intérieur

"Les ennemis de l’Europe sont ceux retranchés dans le bunker de Bruxelles, les Juncker, les Moscovici (…) qui ont apporté la précarité et la peur en Europe et refusent d'abandonner leur fauteuil", a-t-il dit lundi lors d’une conférence avec Marine Le Pen. Ils lançaient la campagne de l'extrême droite pour les élections européennes.

Quelques jours avant, Matteo Salvini s’était moqué à plusieurs reprises dans la presse et devant son parlement de Jean-Claude Juncker pour son "alcoolisme"."Je ne parle qu’avec des gens sobres", avait-il dit début octobre, alors que le débat budgétaire faisait rage, invitant le président de la Commission à "boire deux verres d’eau avant d’ouvrir la bouche et arrêter de répandre des menaces non existantes".

Les bienfaits de l'UE pour l'Italie

"L’Italie a pu bénéficier durant toutes ces années d’une importante flexibilité budgétaire de 1,8% PIB, soit 30 milliards d’euros."
Margaritis Schinas
Porte-parole de la Commission européenne

Interrogée mardi sur ces attaques, la Commission botte en touche.

"Nous refusons de nous engager dans des tirs croisés", a dit le porte-parole de la Commission Margaritis Schinas, "mais quand on a des chiffres on les donne". Et de citer le bilan des années Juncker pour l’Italie.

Margaritis Schinas, porte-parole de la Commission européenne ©EU - Lieven Creemers

"175.000 emplois ont été créés en Italie grâce au programme d’investissement de la Commission. L’Italie a pu bénéficier durant toutes ces années d’une importante flexibilité budgétaire de 1,8% PIB, soit 30 milliards d’euros. Grâce au plan Juncker, l’Italie a reçu 8,5 milliards d’euros qui doivent aboutir à un cercle vertueux amenant des investissements totaux de 47 milliards d’euros dans le pays."

On attend la réponse de Matteo Salvini.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés