La Commission européenne veut rouvrir les frontières de l'UE le 1er juillet

Sur le terrain, la levée des restrictions se fait de manière dispersée depuis le début du mois de juin, plusieurs États préférant agir seuls ou négocier des accords bilatéraux plutôt que suivre un processus coordonné. ©Philipp von Ditfurth/dpa

L'exécutif européen proposera cette semaine une réouverture partielle des frontières extérieures de l'UE à partir du 1er juillet. Objectif: parvenir à une approche commune entre les 27 États membres.

La Commission européenne proposera cette semaine une réouverture partielle des frontières extérieures de l'UE à partir du 1er juillet prochain, a annoncé ce mercredi Josep Borrell, le Haut représentant de l'UE aux Affaires étrangères.

"Cette semaine encore le collège procédera à l'évaluation de ces restrictions et proposera une approche pour la levée progressive de ces mesures à compter du 1er juillet."
Josep Borrell
Haut représentant de l'UE aux Affaires étrangères

Des restrictions aux voyages non essentiels avaient été imposées le 17 mars aux frontières extérieures de l'Union européenne pour ralentir la propagation du coronavirus. La pandémie reculant en Europe, l'UE souhaite un retour à la normale le plus rapidement possible.

"Cette semaine encore le collège procédera à l'évaluation de ces restrictions et proposera une approche pour la levée progressive de ces mesures à compter du 1er juillet", a dit Josep Borrell.

"Certains pays tiers seront envisagés et on essayera d'avoir une approche coordonnée soutenue par la Commission."
Josep Borrell
Haut représentant de l'UE aux Affaires étrangères

La Commission définira une stratégie commune pour encadrer cette réouverture, comme une liste des pays concernés.

"Certains pays tiers seront envisagés et on essayera d'avoir une approche coordonnée soutenue par la Commission", a ajouté le Haut représentant.

Les frontières intérieures rouvertes dans le désordre

Vendredi dernier, la majorité des 27 ministres des Affaires intérieures de l'UE se sont mis d'accord pour une réouverture des frontières intérieures de l'espace Schengen à partir du 15 juin.

Sur le terrain, la levée des restrictions se fait de manière dispersée depuis le début du mois, plusieurs États préférant agir seuls ou, tout au plus, négocier des accords bilatéraux plutôt que suivre un processus coordonné.

Certains pays, tels que l'Italie et le Luxembourg, ont déjà rouvert leurs frontières aux États voisins. D'autres, comme la Grèce, ont préféré attendre la fin du mois.

Les modalités de réouverture divergent aussi. Les ressortissants des pays les plus touchés, comme la Belgique, se voient imposer des mesures de quarantaine ou de test Covid-19.

Les frontières extérieures, un autre défi

Lors de cette réunion, les ministres s'étaient aussi mis d'accord pour une levée des contrôles aux frontières extérieures début juillet et avaient demandé à la Commission européenne de faire une proposition en ce sens. Certains gouvernements n'étaient pas d'accord sur les critères à appliquer.

L'exécutif européen devra trouver le juste milieu. Une fois sa proposition sur la table, les États européens décideront de la suivre, ou non, le contrôle des frontières étant une compétence souveraine.

"La réouverture des frontières extérieures de l'espace Schengen devrait être plus ordonnée, car c'est un tout autre défi, dit une source européenne. Vu la complexité de l'opération, il paraît difficile que cette décision soit prise de manière individuelle."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés