La France en grève à quelques jours de l'Euro 2016

©AFP

Des pilotes d'Air France devraient faire grève les 11 et 12 juin, voire les deux jours suivants. La SNCF fait également face à une grève à durée illimitée. Des actions qui risquent de compliquer l'organisation de l'Euro 2016.

L'Euro 2016 commence vendredi 10 juin. Cette année, la grand-messe du football se tient en France. Et la France va mal.

1. Dans les airs

♦ Qui? Le Syndicat des pilotes d'Air France (Spaf), qui représente environ un quart des pilotes de la compagnie aérienne.

♦ Quand? Il déposera jeudi un préavis de grève de deux à quatre jours pour la fin de la semaine prochaine, ce qui correspond au début de l'Euro 2016. Ce premier préavis pourrait être suivi d'un autre si nécessaire, a précisé Grégoire Aplincourt, président du Spaf.

♦ Pourquoi? Pour protester contre les nouvelles mesures mises en place à partir de ce mercredi et qui baisseront les rémunérations des pilotes. Les pilotes d'Air France, qui disent ne pas avoir été augmentés depuis 2007, soulignent qu'ils ne luttent pas pour une hausse de leur rémunération mais pour éviter qu'elle diminue.

Une nouvelle grève dure des pilotes d'Air France s'apparenterait à un "acte de sabotage", avait estimé Alexandre de Juniac, le président sortant d'Air France-KLM, lors de l'assemblée générale annuelle du groupe le 19 mai. "On a une direction qui donne l'impression de vouloir faire le ménage avant de partir", a estimé Grégoire Aplincourt. Jean-Marc Janaillac, l'actuel patron du spécialiste du transport multimodal Transdev, succédera le 4 juillet à Alexandre de Juniac, qui prendra ensuite la tête de l'Association internationale du transport aérien (Iata).

2. Sur la terre

♦ Qui? Trois syndicats du rail dont la CGT et SUD.

♦ Quand? Ils ont lancé mardi soir une grève à durée illimitée. Elle pourrait donc s'étendre jusqu'à l'Euro 2016.

♦ Pourquoi? Pour forcer le retrait du projet de loi réformant le droit du travail (la loi El-Khomri).

Les perturbations étaient relativement importantes: seulement 40% des Transiliens, le tiers des Intercités, la moitié des TER en circulation et six TGV sur dix étaient assurés, selon la SNCF. L'entreprise recensait 17% de grévistes, tous personnels confondus, Sud-rail "plus d'un cheminot sur deux".

A la pointe de la mobilisation contre la réforme du travail depuis mars, le patron de la CGT Philippe Martinez a assuré qu'il n'était "pas question de bloquer l'Euro", mais a accusé l'exécutif de refuser le dialogue. Il promet cette semaine "la plus forte de mobilisation depuis trois mois". Le gouvernement, lui, entend "tenir sur le fond" du projet de loi Travail. "Reculer serait une faute politique", a martelé Manuel Valls. Ce n'est pas comme ça qu'on va réussir à atteindre les stades en train...

Le Champs de Mars à Paris revêt sa parure pour l'Euro 2016. ©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés