La France redoute une résurgence des attaques islamistes

L'auteur présumé a été interpellé sans résistance très rapidement après les faits. ©AFP

Trois hommes de nationalité soudanaise sont actuellement en garde à vue, dont l'auteur présumé de l'attaque de samedi dans la drôme.

Un troisième Soudanais a été interpellé samedi soir dans l'enquête sur l'attaque au couteau perpétrée le matin par un réfugié soudanais qui a fait deux morts dans le sud-est de la France, a appris l'AFP dimanche auprès du Parquet national antiterroriste (PNAT).
Trois hommes de nationalité soudanaise sont actuellement en garde à vue : Abdallah A.-O., l'auteur présumé de l'attaque né en 1987 et réfugié en France depuis juin 2017, un deuxième homme présenté comme "une de ses connaissances", et "un jeune Soudanais qui résidait dans le même foyer" que le mis en cause, interpellé samedi soir, a indiqué le PNAT. 

Un réfugié soudanais a tué samedi matin deux personnes et en a blessé cinq autres à Romans-sur-Isère (Drôme) lors d'une attaque au couteau dont s'est saisie le parquet national antiterroriste (PNAT), en pleine période de confinement. Le PNAT a annoncé en début de soirée dans un communiqué ouvrir une enquête notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Des documents à caractère religieux

Les premiers éléments de l'enquête sur l'auteur présumé de l'attaque, Abdallah A.-O., un réfugié d'origine soudanaise né en 1987, "ont mis en évidence un parcours meurtrier déterminé de nature à troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur", selon le PNAT. Le PNAT ajoute que lors d'une perquisition à son domicile ont été retrouvés "des documents manuscrits à connotation religieuse dans lesquels l'auteur des lignes se plaint notamment de vivre dans un pays de mécréants", "a priori" écrits par lui.

"Il se trouvait à genoux sur un trottoir priant en langue arabe"
Le parquet national antiterroriste (PNAT)

L'auteur présumé était inconnu des services de police ou de renseignement français ou européens. Il a été interpellé sans résistance très rapidement après les faits par l'une des nombreuses patrouilles de police chargées de faire respecter le confinement. "Il se trouvait à genoux sur un trottoir priant en langue arabe", d'après le PNAT. 

Attaques au couteau

"En pleine crise sanitaire, les attaques au couteau continuent : la barbarie et la lâcheté jusqu'au bout", a tweeté le président LR du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez. Qualifiant l'attaque d'"attentat islamiste", Marine Le Pen a quant à elle, également dans un tweet, demandé au gouvernement de "cesser absolument de vider les prisons et les centres d'accueil de demandeurs d'asile".

Cette attaque intervient au moment où la France vit sous une constante menace terroriste depuis la vague d'attentats jihadistes sans précédent amorcée en 2015. Depuis le début de l'année, la justice antiterroriste s'est saisie d'une attaque. Le 3 janvier, un jeune homme converti à l'islam et atteint de troubles psychiatriques avait attaqué au couteau dans un parc de Villejuif (Val-de-Marne) des promeneurs, faisant un mort et deux blessés, avant d'être abattu par les policiers. En 2019, la justice antiterroriste s'est saisie de trois attaques. En plus de quatre ans, la vague d'attentats en France a fait 258 morts au total après l'attaque de samedi.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés