La taskforce Vaccination recommande le maintien du vaccin d'AstraZeneca

Le vaccin d'AstraZeneca est un des piliers de la campagne européenne de vaccination contre le Covid-19. ©AFP

Plusieurs pays européens, dont le Danemark, la Norvège et l'Islande, suspendent les injections du vaccin d'AstraZeneca suite à plusieurs cas de thrombose.

Le Danemark a décidé ce jeudi de suspendre les injections du vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19 suite à la découverte de quelques cas sévères de troubles de la coagulation survenus après vaccination. Peu après, la Norvège et l'Islande prenaient la même décision. L'Italie interdisait l'utilisation d'un lot suspect.

"À l'heure actuelle, on ne peut pas conclure à l'existence d'un lien entre le vaccin et les caillots sanguins."
Agence danoise de la santé

L'agence danoise de la santé rapporte "des cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées avec le vaccin Covid-19 d'AstraZeneca", tout en restant prudente sur le lien de causalité. "À l'heure actuelle, on ne peut pas conclure à l'existence d'un lien entre le vaccin et les caillots sanguins", précise-t-elle.

Cette suspension s'ajoute à la liste des déboires du vaccin développé par la firme anglo-suédoise en collaboration avec l'Université d'Oxford.

Lundi, l'Autriche a cessé d'utiliser les doses provenant d'un lot de ce vaccin suite à la découverte de deux cas de thrombose après injection, dont un cas de décès d'une infirmière. Quatre autres pays européens, l'Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg, avaient suspendu dans la foulée les vaccinations avec des doses provenant de ce lot, livré dans 17 pays.

"Nous avons pris contact avec l'EMA, qui a la charge de la veille des effets secondaires. La situation est suivie de très près."
Christopher Barzal
Porte-parole de la task force vaccination

L'agence européenne du médicament (EMA) a maintenu jeudi sa recommandation d'utiliser ce vaccin, estimant qu'il n'y a pas d'indication qu'il soit responsable de thromboses. On compte 30 cas d'incidents de ce type au 10 mars, sur près de 5 millions de personnes ayant reçu le vaccin, ce qui n'est pas plus élevé "que dans la population générale", affirme l'EMA.

"Aucun cas de thrombose n'a été rapporté en Belgique"

"Nous avons pris contact avec l'EMA, qui a la charge de la veille des effets secondaires. La situation est suivie de très près", dit Christopher Barzal, porte-parole de la task force vaccination.

La Belgique a commandé 7,5 millions de doses du vaccin d'AstraZenca, dont elle a reçu à ce jour 415.000 unités. "Aucun cas de thrombose n'a été rapporté après l'injection du vaccin d'AstraZeneca", déclare France Dammel, porte-parole du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke.

Une information confirmée par l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS): aucun décès n'a été signalé en Belgique avec ce vaccin contre le coronavirus à ce jour. Des effets secondaires ont été relevés dans moins de 2% des vaccinations AstraZeneca et aucun caillot sanguin n'a été signalé. Sur la base des données scientifiques actuelles, la taskforce Vaccination continue donc de soutenir la vaccination avec ce vaccin en Belgique.

Ce vendredi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu'il "n'y a pas de raison de ne pas utiliser" le vaccin anti-Covid d'AstraZeneca. "Oui nous devrions continuer à l'utiliser", a affirmé Margaret Harris, une porte-parole de l'OMS lors d'un point de presse de l'ONU à Genève. Elle a souligné que les experts de l'organisation se penchaient sur les informations de la formation de caillots sanguins, mais a noté que pour l'heure aucun lien de cause à effet n'a été établi. "Toute alerte de sécurité doit faire l'objet d'une enquête", a-t-elle ajouté.

Une réputation ternie

Le vaccin d'AstraZeneca est un des piliers de la campagne de vaccination en Europe. La Commission européenne en a commandé 400 millions de doses. Il est bon marché (environ 2,5 euros) et facile à stocker. Mais plusieurs événements ont terni sa réputation.

40
millions de doses
Seules 40 millions de doses du vaccin AstraZeneca devraient être livrées en Europe au premier trimestre, alors que la firme s'était engagée à en livrer 80 millions.

Les essais cliniques de phase III ont révélé une efficacité à 70%. Mais ce chiffre représente la moyenne de plusieurs groupes affichant une efficacité de 62% à 90%, ce qui a jeté un certain trouble. Des incertitudes sont ensuite apparues sur le protocole de dosage, l'injection d'une moindre quantité lors de la première dose semblant donner de meilleurs résultats.

Par ailleurs, certains effets secondaires gênants ont été rapportés, dont un syndrome pseudo-grippal. Sur un total de 1.707 notifications d'effets indésirables rapportées en Belgique, plus de 95% des cas graves concernaient ainsi des réactions immunologiques sévères (fièvre, fatigue, douleur).

Plusieurs pays ont décidé de ne pas injecter ce vaccin AstraZeneca aux personnes de plus de 65 ans. La Belgique avait d'abord fixé une limite à 55 ans, avant de l'autoriser pour les plus âgés au début du mois de mars. Une étude écossaise a confirmé entre-temps que son efficacité monte à 81% pour les formes graves auprès des plus de 80 ans, ce qui pourrait également pousser les autres pays à revoir leur décision.

Le vaccin a été approuvé en Europe le 12 janvier. La Suisse et les États-Unis ne l'ont pas encore autorisé.

Livraison chaotique

Le vaccin d'AstraZeneca accuse des retards de livraison. Seules 40 millions de doses devraient être livrées en Europe au premier trimestre, alors que la firme avait promis d'en livrer 80 millions. Cette situation a poussé l'Italie à bloquer l'exportation d'un lot de 250.000 doses de ce vaccin vers l'Australie.

Par contre, le Royaume-Uni ne souffre d'aucun retard de livraison. Un déséquilibre, qui pousse Bruxelles et Londres au bras de fer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés