edito

Le certificat de vaccination, une question de santé

Journaliste

La Commission européenne considère que le certificat de vaccination est "un impératif médical". On ne peut que lui donner raison.

Faut-il instaurer un certificat de vaccination contre le Covid-19? La question se pose de plus en plus en Europe, à mesure que les campagnes de vaccination avancent. Plusieurs pays comme la Grèce, Malte, l'Espagne, pour lesquels le tourisme est une importante source de revenu, souhaitent sa création pour relancer les voyages. D'autres, comme la France, estiment que le débat n'est pas mûr.

La question est sur la table des gouvernements européens depuis des mois. Et ils ont peur de trancher.

La question est sur la table des gouvernements européens depuis des mois. Et ils ont peur de trancher. La Commission européenne veut aller plus vite, considérant qu'il s'agit d'un "impératif médical". On ne peut que lui donner raison. C'est sur le terrain de la santé que la question se pose.

Voici près d'un an que le monde est tétanisé par le coronavirus. Des vaccins sont au point et circulent en fonction de la détermination des États à gagner cette bataille. L'économie, frappée par une récession, doit redémarrer. Le monde doit recommencer à vivre.

Des vaccins existent. Les laboratoires ont trouvé la parade en un temps record. Un certificat serait un incitant. Il ne s'agirait pas d'obliger à se faire vacciner, ni d'interdire aux "non-vaccinés" de circuler. Mais de permettre le retour progressif au lieu de travail, aux voyages. D'encourager chacun à se vacciner, car c'est, à ce jour, le seul moyen d'atteindre une masse critique garantissant l'immunité collective.

Qui, aujourd'hui, doute de la nécessité de se vacciner contre des maladies mortelles ?

Ce n'est pas nouveau, le petit livret jaune de vaccination existe depuis des lustres. Personne ne se pose la question de son opportunité, ni de se vacciner contre la fièvre jaune lorsqu'il se rend dans un pays à risque.

Le débat semble surréaliste, à l'image de la question de savoir s'il faut se vacciner ou non. Qui, aujourd'hui, doute de la nécessité de se vacciner contre des maladies mortelles ? Qui, aujourd'hui, voudrait que les hommes meurent à nouveau de variole, de diphtérie, de tétanos, de rougeole ?

Pourtant, il existe une volonté de ne pas vacciner contre le Covid-19, et de ne pas mettre en place un certificat de vaccination. Cette double réticence fait partie d'un même mouvement anti-vaccin qui, semble-t-il, a décidé de maintenir l'humanité au stade de la pandémie. La France, et d'autres gouvernements, ont-ils peur de perdre cet électorat ?

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés