Le Danemark autorise la construction du projet Nord Stream 2

Le Danemark élimine un obstacle majeur pour le projet Nord Stream 2 dirigé par la Russie. ©EPA

Le Danemark a éliminé un obstacle majeur pour le projet de gazoduc Nord Stream 2 dirigé par la Russie. Il était le dernier pays dont l'autorisation était requise pour poursuivre des travaux.

Le pipeline reliant la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique doit livrer 55 milliards de mètres cubes de gaz russe à l’UE à partir de 2020. Pour le moment, le timing est respecté. Car le Danemark a fait sauter ce mercredi le dernier obstacle pour la finalisation du méga-gazoduc qui doit approvisionner l'Europe. Ce dernier tronçon, de 147 km, se situe au sud-est de l'île danoise de Bornholm, dans la mer Baltique.

Le permis danois était le dernier nécessaire pour le projet de gazoduc dirigé par la Russie qui a profondément divisé l’Union européenne ces dernières années. Pour ses détracteurs, les pays européens de l'Est et les États-Unis, l'achèvement de ce gazoduc va accroître la dépendance des Européens au gaz russe, renforcer l'influence de Moscou, tout en affaiblissant l'Ukraine où transite une grande partie du gaz russe.

Le projet Nord Stream 2 est actuellement construit à 87%, avec plus de 2.000 kilomètres de tubes posés. Avec ce feu vert danois, il faudra encore 45 semaines pour finaliser l'ensemble.

Le projet de 9,5 milliards d'euros est financé pour moitié par Gazprom, le reste étant couvert par ses partenaires européens - les Allemands Wintershall et Uniper, l'Anglo-Néerlandais Shell, le Français Engie et l'Autrichien OMV - à hauteur de 10% chacun.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect